Scroll To Top
FLASH
  • Violente réplique de magnitude 6,7 au Népal (USGS)
  • Séisme au Népal : plus de 2.000 morts (nouveau bilan)
  • Affaire de l'autoroute est-ouest: Reprise dimanche du procès après deux reports 

Autres / Récit de Adila Katia

Récit de Adila Katia

Les naufragés de la route 6eme partie

Un passager a été attaqué,  alors qu’il s’est éloigné du bus.

On s’exclame :
- Qui vous a attaqué ?
L’homme balbutie :
- Je ne sais pas…
On le regarde, surpris.
- Vous ne savez pas ?
- Non… J’ai entendu un bruit de pas… Je croyais que c’était un autre passager qui venait se soulager… Une ombre s’est approchée…
Il s’arrête pour reprendre sa respiration.
- Et c’était quoi, cette ombre ? demande une femme, d’une voix angoissée ?
- Ce n’était…rien… Enfin, il n’y avait pas de corps ! Juste une ombre qui m’a bousculé…
Une femme s’exclame :
- Un fantôme !
- Plutôt un djinn, rectifie un vieux monsieur.
Alors des passagers se mettent à crier. On intime l’ordre au chauffeur de boucler les portes, d’éteindre les lumières.
- Du calme, dit le chauffeur.
Le tumulte dure un moment, puis le calme revient. Omar s’est approché de la jeune fille avec laquelle il a sympathisé.
- ça va ? Pas trop angoissée ?
Elle a les yeux rougis tant elle avait pleuré.
- Que voulez-vous que je fasse ?
- Prends ton mal en patience…
Elle hoche la tête.
- Que pensez-vous de ce que le monsieur a vu ?
- Il a dû être victime d’une hallucination…
Elle frissonne.
- Je vous avoue que j’ai peur !
- Vous ne devriez pas… Je vous conseille d’essayer de dormir un peu…
- Je vais essayer mais je ne pense pas y arriver… Je pense à mes parents. Ils doivent être fous d’inquiétude !
Elle se cale sur son siège. Omar rejoint le sien. Maintenant que le calme est revenu, il essaye de penser à tout ce qui vient de se passer. A-t-il été victime, ainsi que le receveur, d’une hallucination ? Pourtant, il ne se laisse pas influencer aussi facilement… Il veut bien mettre cela sur le compte de la fatigue et de l’énervement, et il se dit que le lendemain, quand il repartira, tout cela ne sera plus qu’un souvenir. On a éteint les lumières du bus et certains, vaincus par la fatigue, ont commencé à ronfler. Même la femme malade ne geint plus…
- Vivement demain, se dit Omar.
Il ferme les yeux, décidé à dormir. C’est alors que le bus est secoué violemment, comme si un mastodonte essayait de le renverser. Les gens se réveillent en sursaut et se mettent à crier.

- Allumez !, crie Omar.



(À suivre)
G. B.