Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

74e partie

L’inaccessible

©Dessin/Mokrane Rahim

Cinquième chapitre :  L’autre verité…

Résumé : Maria s’angoisse. Qui voudra de lui pour gendre ? Salem allait la haïr. Il n’aura pas de père et de famille pour les accompagner. Quand Maria apprend que Yahia a perdu une de ses filles, elle tremble à l’idée que cela lui arrive. Salem est sa raison de vivre. Elle a puisé la force d’affronter tous les obstacles dans son amour. Mais sera-t-il là dans ses vieux jours quand il saura la vérité ?

Même si elle est très peinée pour lui, elle ne cherche pas à le voir ou à lui faire savoir qu’elle compatit à sa douleur. Il doit rester loin de leur vie, et elle de la sienne.
Salem s’est trouvé un job d’été dans une centrale téléphonique privée. Il travaille la nuit. Le matin quand elle se rend à son travail, il dort encore. En fait, depuis son retour, ils ne font que se croiser les week-ends. Salem sort à la plage avec Ali et d’autres copains. Parfois, elle se surprend à fouiller son sac de plage, à la recherche de cigarettes.
Elle craint qu’il ne se mette à fumer avec ses copains. Parfois, une odeur de tabac froid se dégage de ces vêtements et elle s’inquiète. Si elle connaît Ali et sait que c’est un garçon bien, les autres, elle ignore tout d’eux.
C’est avec un vrai soulagement qu’elle voit la rentrée universitaire arriver. Salem étudiera l’architecture à l’université Saâd-Dahlab. Ali et lui allaient la fréquenter. Il y résidera durant la semaine pour éviter les longs trajets. Une coupure qui leur sera peut-être bénéfique…
Son foyer est bien vide sans lui. Elle apprend à vivre sans lui. Durant la journée, ils s’appellent brièvement à sa pause-déjeuner. Elle aime savoir ce qu’il fait et où il est. Avant de se coucher, ils se connectent et discutent un peu. Maria ne peut pas le retenir longtemps vu qu’il n’est pas seul dans la chambre. Elle aime l’entendre se plaindre des conditions de vie. Salem fait la fine bouche. Elle lui donne chaque semaine une somme pour qu’il fasse des petits achats et qu’il puisse se confectionner des petits sandwichs dans la chambre, les fois où il ne peut pas manger à l’extérieur. Même si c’est un garçon indépendant depuis son jeune âge, elle ne cesse de lui donner des conseils. Quand il a le temps de l’écouter.
Ces derniers temps, il semble occupé, distrait. Maria pense qu’il a une petite amie. Il ne lui a rien dit, et même Ali n’en a pas parlé à sa mère. Ils se montrent très discrets. Elle espère que s’il en fréquente une, qu’elle soit du genre studieux. Elle ne voudrait pas qu’il se détourne de ses études pour une amourette de fac.
Maria pense à lui offrir une voiture. Il pourrait ainsi rentrer chaque soir à la maison. Ainsi, elle l’aura à l’œil. Elle pourrait lui prêter son véhicule, mais elle n’aime pas être raccompagnée par le chauffeur de l’entreprise.
Un après-midi, alors qu’elle est en pleine réunion, elle reçoit un texto de son fils. Il l’attend dehors. Le temps de finir, elle quitte la salle et le retrouve dehors. Salem semble énervé et perdu.
- Je croyais que tu avais cours cet après-midi ! Qu’est-ce qui se passe ? Tu n’es pas malade, rassure-moi ! Il y a tant de cas d’intoxication alimentaire !
 - Non, je vais bien… ou non, je ne pourrais pas aller plus mal ! Viens…
Ils se rendent au parking jusqu’à sa voiture. Il sort son ordinateur portable, branche la clef de connexion et ouvre son compte. Maria le regarde faire tout en se demandant ce qu’il allait lui montrer.
- Tu pourrais m’expliquer ce que tu fais ?
Salem tourne l’ordinateur vers elle et la presse de jeter un coup d’œil sur des photos.
- C’est qui ? Pourquoi tu me montres ces photos ?
- Ma copine à la fac, pour s’amuser à lancer une identification de mon portrait, dit-il. Clique sur “suivant” ! Tu vas comprendre…
Maria clique plusieurs fois et elle manque de se trouver mal. Elle se sent pâlir et ses os se glacent sous le regard déçu de son fils. Yahia a un compte facebook, et dans ces anciennes photos, Salem a été identifié par son amie. Normal vu qu’ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau.
- Eh oui, lâche-t-il. C’est moi, sans être moi ! Mais clique encore ! Tu vas te voir !
Comme elle ne bouge pas, il le fait à sa place. Maria se sent défaillir en voyant une photo d’elle et de Yahia au bord de la mer. Elle porte la main à la bouche avant de s’éloigner pour vomir son déjeuner. Ce qu’elle a toujours craint est arrivé. Salem et Yahia ne se sont pas retrouvés dans la vraie vie mais dans le monde virtuel…

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER