Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

87e partie

L’inaccessible

©Dessin/Mokrane Rahim

Cinquième chapitre :  L’autre verité…

Résumé : Yahia la surprend en lui parlant de mariage. Il parle de reconnaître Salem. Maria lui rappelle qu’il est déjà marié. Sa femme ne sautera pas de joie. Yahia tient à elle. Il lui parle de ses regrets et de son amour pour elle…

“- Moi, je ne t’aime plus”, écrit-elle avant de le regarder dans les yeux. “Je n’ai plus aucun sentiment pour toi ! Tout est mort entre nous !”
«-Non, non ! Tu as mis de la vie entre nous ! Salem est là ! Je ne te remercierais jamais assez pour ce cadeau ! Et je suis sûr qu’il suffit qu’on se retrouve pour que notre histoire reprenne de plus belle !
Je saurais retrouver le chemin qui mène à ton cœur !”
“- Tu peux toujours rêver !”
“- Oui, j’espère que mes rêves se réaliseront ! Tu finiras par m’aimer autant qu’avant !”, écrit-il tout en souriant. “Dans le fond, je n’ai jamais cessé de t’aimer !
Et toi aussi, quoi que tu puisses dire, tu m’aimes encore !”
“-Oui, continue de rêver !”
“- On se voit quand ? Je ne veux plus écrire et te voir à travers cet écran !”, écrit-il. “On doit se voir, se parler… Maria, je veux te retrouver !”
“- Un jour, quand j’irais mieux…”
“- Ne me fais pas trop attendre !”
Maria le lui promet. Elle éteint l’ordinateur sans même lui dire bonne nuit. Elle va dans sa chambre et laisse la veilleuse allumée. Pendant longtemps, elle reste assise en tailleur sur son lit. Elle ne cesse de penser à Yahia, à toutes ces questions, aux réponses qu’elle aurait pu lui donner. Cette fois, Dalila n’avait pas besoin d’être là pour lui rappeler qu’elle n’aurait pas dû cacher son fils et qu’elle aurait pu les rendre heureux. Depuis longtemps…
La discussion qu’elle a eue avec Yahia lui a ouvert les yeux sur ses erreurs. Dix années à l’attendre, elle aurait pu lui donner une autre chance. Elle n’aurait pas dû le fuir à deux reprises. Peut-être qu’il était (alors) prêt à s’engager, à officialiser leur relation ?
N’est-elle pas à l’origine de l’échec de leur relation ? Elle a tout précipité, et là, alors que son fils s’était rapproché de son père et que ces derniers tiennent à ce qu’ils passent à la mairie, elle allait passer pour une folle et pour la méchante si elle refusait.
Elle se demande s’il a parlé à sa femme d’elle et de Salem. Comment a-t-elle réagi ? Comment vit-elle le problème ? Accepte-t-elle de le partager ? Que va-t-il se passer dans leur vie une fois qu’elle se sera décidée ?
Ce n’est pas uniquement la vie de son fils qui allait être bouleversée, mais aussi la vie familiale de Yahia. Elle ne voudrait pas être à sa place.
Le bip de son portable lui signale l’arrivée d’un message. Elle le lit et sourit.
“Je le trouve bien ! Je comprends que tu l’aies aimé. J’espère que vous avez passé une bonne soirée !”
Maria pleure silencieusement. Elle sent dans l’espoir de son fils qu’il voudrait la pousser à accepter. Elle le comprend, mais qu’en sera-t-il de la famille de Yahia ? Elle ne se voit pas le partager avec une autre et elle ne voudrait pas être responsable du malheur de sa famille.
Un autre bip d’alerte de la messagerie. Cette fois, c’est Yahia.
“Difficile de dormir après t’avoir vue. Je pense à toi, je regrette toutes ces années passées sans toi. Notre avenir est entre tes mains. Je te donne rendez-vous au restaurant où on avait l’habitude de se retrouver, dans une semaine. Je t’attendrai. Bonne nuit Maria.”
Elle a envie de lui répondre, de lui dire qu’une semaine, c’est peu. Et pourquoi se retrouver dans l’établissement qui abritait leurs conversations amoureuses ? Elle a envie de lui rappeler qu’elle n’a plus trente ans et qu’elle n’est plus celle qu’il a connue. Elle a changé. Il ne doit pas se leurrer d’illusions…

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER