Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

88e partie

L’inaccessible

©Dessin/Mokrane Rahim

Cinquième chapitre :  L’autre verité…

Résumé : Ils continuent de discuter de l’avenir de Salem. Yahia insiste pour la revoir. Il lui parle de ses regrets, même s’il la tient responsable de l’échec de leur relation. Leur vie aurait été différente si elle n’avait pas été égoïste. Il lui fixe rendez-vous dans une semaine.

“Mon ange, qu’est-ce que je ne ferais pas pour toi ? Mais dans mon cas et celui de Yahia qui est marié, j’ignore quoi faire, car je refuse de le partager ! Si on doit se marier, il devra être libre !”
Pour ne plus penser à lui, à leur fils, comme elle s’est remise de son attaque, Maria a repris son travail.
Elle passe de longues journées au bureau, retrouve parfois Ferrouz avec qui elle peut discuter de tout, sauf de lui. Elle rentre en début de soirée et se met au lit.
Toutefois, elle ne peut s’empêcher de consulter son ancien portable qu’elle laissait à la maison. Elle a changé de portable, pour ne pas être perturbée au travail. Elle a bien fait, car Yahia appelle souvent. Quand elle consulte l’ancien, elle se rend compte que les messages qu’il lui envoie sont loin de la laisser indifférente.
Il lui rappelle qu’elle a raté son rendez-vous, qu’il attend depuis des jours et des jours qu’elle le rappelle, alors il lui fixe un nouveau rendez-vous qu’elle ne doit pas rater, sinon c’est lui qui viendra à elle.
“Je ferai un tapage dehors ! Tous tes voisins sortiront ! Tu ne trouveras pas où te cacher !”
“Je viendrais”, lui écrit-elle.
Ce n’est pas la crainte qu’il fasse un tapage qui l’a décidée à accepter, mais elle ne veut pas lui donner l’occasion de débarquer à la maison à un moment où leur fils serait présent. Sa présence compliquerait les choses entre elle et son fils.
Yahia a gagné son cœur aussi facilement qu’avec elle.
Le jour J arrive plus vite qu’elle ne s’y attendait. Elle passe la matinée à se préparer. Elle est passée chez la coiffeuse qui lui a coupé les cheveux mi-longs, en dégradé. Elle leur a donné un mouvement vers l’extérieur, ce qui a eu pour effet de la rajeunir. Elle se trouve plus belle et sourit devant la glace. De retour chez elle, elle ouvre grande sa garde-robe, puis après quelques minutes d’hésitation, elle sort plusieurs tenues. Elle s’habille, se déshabille, ne parvenant pas à faire un choix sur ce qu’elle allait porter.
Finalement, elle opte pour un pantalon noir et une chemise blanche. Elle se maquille légèrement puis met un peu de parfum. Un coup d’œil à sa montre lui rappelle qu’elle sera en retard si elle ne se presse pas. Son portable n’a pas cessé de vibrer. Elle sait que c’est lui qui s’impatiente. Yahia…
Elle rougit en pensant qu’elle s’est préparée comme pour un rendez-vous galant.
Que veut-elle au juste ? L’impressionner ? Lui montrer qu’elle va mieux, qu’après avoir frôlé la mort, elle est de nouveau sur pied et aussi belle qu’avant ? Elle peste contre elle-même, contre ce cœur qui n’a jamais cessé de l’aimer. Après avoir passé plusieurs heures à se préparer, elle se sent ridicule.
S’ils se voient, c’est pour le bien de Salem, leur fils, celui qu’elle n’avait pas voulu partager avec lui.
Dans le taxi qui l’emmène à son rendez-vous, elle se sent mal. Une boule s’est formée dans son estomac ? Que craint-elle au juste ? De ne pas résister à son charme d’antan.
Elle tente de calmer les battements de son cœur. à mesure qu’elle s’approche du lieu du rendez-vous, l’émotion lui coupe presque le souffle. Elle serre les poings pour que ses mains ne tremblent pas.
Le taxi s’arrête devant le restaurant. Elle règle sa course et descend. Elle prend une profonde inspiration tout en entrant.
Elle l’aperçoit tout de suite, dans le coin de la salle, plongé dans la lecture d’une revue économique.
Il est si absorbé dans sa lecture qu’il ne la voit pas arriver. Il ne remarque sa présence que lorsqu’elle toussote, debout, près de lui.
- Ah te voilà enfin !, s’écrie-t-il en se levant, le regard pétillant. Je ne t’attendais plus… Plus d’une heure trente de retard !
- Si tu veux, je repars !
- Non ! ça valait le coup d’attendre ! Tu es toujours aussi belle !
Maria rougit un peu. Il s’est penché vers elle et l’embrasse sur les joues. Comme avant…

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER