Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

91e partie

L’inaccessible

Dessin/Mokrane Rahim

Cinquième chapitre :  L’autre verité…

Résumé : Yahia continue de la flatter à travers des textos. Maria est touchée mais n’en laisse rien paraître dans ses réponses. Salem la surprend en rentrant sans prévenir. Il la trouve plus belle. Quand il parle d’inviter son père, à dîner, elle s’emporte. Hors de question de le laisser empiéter dans son foyer…

- Mais c’est quoi ces manières de prendre des décisions sans me consulter ?, s’écrie-t-elle. Que tu discutes avec lui et apprennes à le connaître maâliche, ça passe, mais que tu l’invites chez moi, sans me consulter, non !
Salem la suit dans la chambre et la prie de l’écouter.
- Je ne savais pas que tu te mettrais dans cet état ! C’est mon père ! Je voudrais qu’on le voie ensemble ! précise-t-il. Il s’agit de mon avenir ! Du nom que je pourrais enfin porter !
- Tu pouvais m’en parler avant ! Et puis, je l’ai vu tout à l’heure ! lui confie-t-elle.
Salem a un étrange sourire. Il secoue la tête plusieurs fois, semblant comprendre pourquoi elle s’est faite aussi belle.
- Pourquoi me crier après alors que tu l’as vu ? Pourquoi tu ne m’en as pas parlé ? J’aurais pu venir avec toi !
- Comme s’il ne te l’avait pas dit ?
- Non, on a parlé de tout sauf de toi ! On a eu une discussion d’homme à homme, dit-il. Je ne suis plus un gamin, man !
- Parfois je le regrette ! Ah, soupire Maria, si seulement je pouvais retourner dans le temps ! Je te garderais petit !
- Ou peut-être que tu aurais pu en profiter pour te réconcilier avec papa, glisse Salem, très sérieux. Tu sais, plus j’apprends à le connaître, plus je tiens à lui !
- Même lui, lui confie-t-elle.
- Je peux savoir de quoi vous avez parlé ? Du passé, de votre histoire ?
Maria secoue la tête. Sachant qu’il finira par l’apprendre, elle ne lui cache rien.
- Il veut qu’on se marie ! Mais pour que cela soit faisable, il devra divorcer ! Je ne veux pas être sa seconde épouse !
- Pourquoi ? Si sa femme est d’accord, pourquoi compliques-tu les choses ? l’interroge-t-il, très déçu. Majda m’a l’air bien…
- Parce que tu l’as vue ? Tu lui as parlé ?
Salem recule tout en faisant des signes d’apaisement des mains.
- Calme-toi man ! Ne te fâche pas ! Ce n’est pas bon pour ta santé ! Je ne veux pas que tu te retrouves à l’hôpital !
Maria, toute pâle, continue d’avancer vers lui.
- Alors comme ça ? Tu les vois derrière mon dos ? Je te croyais concentré sur tes études et tu me parles d’elle… Tu l’appelles par son prénom !
- Je ne vais pas lui dire maman ! Arrête ! Je serais amené à la voir souvent ! Même ma sœur !
- Ta demi-sœur ! rectifie-t-elle.
- Oui, c’est ça, mais ça n’en fait pas moins ma sœur !, s’écrie Salem. Yahia est mon père et sa famille sera la mienne ! Tu me déçois man ! Tu es égoïste ! Qu’est-ce que ça peut changer qu’il soit encore lié à elles ? Elles ne vont pas te bouffer ! Ou est-ce pour te venger ? Finalement, t’es rancunière !
 - Moi rancunière ?, reprend Maria. Mais non, tu ne peux pas comprendre…
- Man, si tu compliques les choses, je te préviens, je partirai d’ici. Papa va passer ! Je voudrais qu’on trouve une solution, des solutions ! Pas d’autres problèmes… Si tu m’aimes autant que tu le prétends, ne complique pas la situation ! Il va arriver dans une heure ! qu’Allah te garde man, fais un effort pour moi !
Maria se sent dépassée par les évènements et si elle ne cède pas à son fils, elle risque de le perdre. Elle ne veut pas qu’il parte sous le coup de la colère. Elle s’efforce à retrouver son calme même si son cœur bat fort, trop fort, dans sa poitrine.
- Promets-moi de ne plus jamais rien décider sans moi ! dit-elle. Ne me mets plus devant le fait accompli !
On frappe à la porte d’entrée. Salem va ouvrir et a un cri de surprise presque. Maria tend l’oreille et maudit sa malchance, en reconnaissant la voix de Yahia…

(À suivre) A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER