Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le mendiant de l’amour

11e partie

Résumé : Le mendiant avait acheté les médicaments à Linda avec l’argent qu’elle lui avait remis le matin même. Elle voulait y remédier. Il refuse et lui demande de songer à contacter son mari pour l’assister.

 

Linda secoue la tête et lance tout bas :
- Je ne sais même pas où il est.
- Pardon ?
- Mon mari est absent depuis quelques jours.
L’homme fronce les sourcils.
- Et il vous laisse toute seule dans cette grande maison, avec tous les risques que cela suppose ?
- Oh ! j’ai l’habitude. Merci monsieur, merci infiniment pour votre aide. Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans vous.
Il sourit.
- Eh bien, vous vous seriez débrouillée comme une grande, vous en avez l’habitude à ce que je vois.
- Certes, mais aujourd’hui vous êtes tombé à point pour suivre cet agresseur et récupérer mon sac, et vous m’avez aussi aidée à rentrer chez moi, avant de m’acheter des médicaments.
- Je n’ai fait que mon devoir envers quelqu’un qui avait besoin d’aide. Tout comme vous avez fait vous-même avec moi.
Elle jette un coup d’œil à son sac et constate que rien n’avait été volé. Ni son porte-monnaie, ni ses papiers, ni ses clefs, ni même son mouchoir.
- Mon agresseur s’était enfui en emportant mon sac. Comment avez-vous fait pour le récupérer ?
- J’ai simplement couru après lui. Au moment où j’allais l’empoigner, il a jeté le sac et s’est sauvé. C’était juste un petit voleur de quartier.
Linda montre sa cheville enflée.
- Tout de même, il a réussi à m’immobiliser pour une bonne semaine.
- Par les temps qui courent, tous les moyens sont bons pour subtiliser de l’argent. Les quartiers les plus chics sont devenus de véritables nids de malfrats sans scrupules qui ne reculent devant rien pour arriver à leurs fins. Vous pouvez vous estimer heureuse, madame, de vous en tirer à bon compte, avec juste cette entorse à la cheville. Vous auriez pu tomber sur la tête et vous cogner aux marches d’escalier. Je ne m’étale pas sur les conséquences d’un tel accident.
- Je sais. Mais vous étiez là au bon moment.
- J’étais assis sur ce banc en face de la maison. Ce même banc sur lequel je me trouvais hier lorsque vous m’aviez donné à manger, et ce matin alors que vous m’avez offert des vêtements et de l’argent.
- Qui ne vous a pas été utile, puisque je l’ai récupéré indirectement.
- J’ai utilisé déjà une bonne partie pour prendre une douche et me permettre une petite séance chez le coiffeur et même de la lecture.
Il passe la main sur ses joues rasées et brillantes.
Linda ébauche un sourire et contemple encore l’homme qui lui faisait face. C’est vrai qu’il a complètement changé d’aspect, le mendiant. Sa camisole de force avait disparu, ainsi que sa barbe et ses cheveux en broussaille. Enfin, elle était convaincue maintenant qu’il n’était pas du tout fou, mais plutôt sage et très intelligent.
La jeune femme regarde encore sa cheville. La douleur s’était atténuée, mais les muscles de sa jambe tiraillaient encore. “Mon Dieu, se dit-elle, que m’arrive-t-il donc ? Par la force des choses, je suis à la merci de cet inconnu alors que mon cher mari ne sait même pas si j’existe encore.” Elle se met réfléchir rapidement, puis prend une lente inspiration.
- Asseyez-vous, jeune homme, ordonne-t-elle en désignant une chaise juste à côté du sofa.


(À suivre)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER