Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

l’artiste

19e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Après la conférence de presse, Kahina retrouve enfin ses mots pour rédiger son article. Elle est étonnée par l’efficacité de ses idées. La salle était vide lorsqu’elle se lève pour partir. Au rez-de-chaussée, elle rencontre Mustapha qui tente de la taquiner.


Il acquiesce.
-Je comprends. Tu veux avoir le tout à portée de main.
-C’est un peu ça. Et le soir, je préfère me consacrer à mes récits.
-Dans quel canard bosses-tu ?
-C’est important ?
-Bien sûr. J’aimerais découvrir ta plume. Et puis lire aussi cet article que tu viens de rédiger. Je suis plutôt concerné. N’est-ce pas ?
J’acquiesce.
-Bien sûr. Je bosse dans le quotidien des Intellectuels.
Il fait une moue.
-Sans blague ! Tu veux me mener en bateau ?
-Pourquoi donc ?
-Parce que je ne connais pas ce quotidien.
-Eh bien, il va te falloir faire sa connaissance et au plus tôt. Ce ne sera d’ailleurs pas difficile, puisque demain tous tes confrères vont l’acheter pour les critiques.
-Tu as raison. Et de ce fait, je vais pouvoir aussi jeter un coup d’œil sur tes récits.
-Si tu veux.
-Rappelle-moi donc ton prénom.
-Kahina.
-Kahina. C’est joli.
-Mais je signe sous le pseudo de Rym. Et ne me demande pas pourquoi.
-Je n’en ai aucunement l’intention, Kahina.
Il prononçait mon nom d’un air rêveur. Je n’étais pas à l’aise devant son regard. J’allais prendre congé de lui, lorsque je remarquais Tahar qui s’avançait vers nous.
-Tu es là ma petite ? Je t’ai vue en train d’écrire dans la grande salle, et je n’ai pas voulu t’interrompre.
-Oui, j’ai fini de rédiger mon article. Je m’apprêtais à rentrer.
-Sans me dire au revoir ?
-Eh bien, ne te voyant nulle part, je pensais que tu étais
parti.
Il secoue la tête.
-Moi qui croyais que tu voulais avoir mes coordonnées, afin que nous maintenions le contact entre nous.
-Avec grand plaisir, Tahar. Mais étant donné que l’exposition dure jusqu'à la fin de la semaine, je pense que nous aurons tout le loisir de nous revoir

(À suivre) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER