Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Si ma vie m’était contée

32e partie

Résumé : Yamina rentre à l’hôtel et découvre son mari qui l’attendait dans le hall… Elle lui demande où il était passé et il rétorque que c’était une longue histoire… Elle donne alors libre cours à sa colère…

 

Il hausse les épaules :
-Je ne sais pas si tu vas me croire si je te disais que j’avais l’intention de lancer une affaire en parallèle à l’agence de transit…
-Cesse donc de me mener en bateau, et dis-moi où tu as passé la nuit.
-Je ne suis parti nulle part… J’étais ici…
-Ici ? Tu veux dire dans cet hôtel ?
-Bien sûr… Où veux-tu donc que je sois ?
Yamina sentit la moutarde lui monter au nez…
-Slimane ! Tu me prends pour qui ?
-Pour mon épouse bien sûr… Une épouse qui a des droits sur moi, et qui, en ce moment, pique une crise de jalousie...
-De jalousie ?
-C’est quoi donc, ma chérie, toutes ces questions ?
-J’estime qu’en épouse légitime, j’ai tous les droits de savoir où était mon mari !
-J’étais dans cet hôtel. Je n’ai pas bougé jusqu'à ce matin du bar.
-Du bar ?
-Oui du bar… Alors que je me trouvais à la réception, j’ai rencontré un ami que j’avais perdu de vue depuis des lustres.
Il m’avait invité à prendre un verre.
Elle fronce les sourcils :
-Et tu n’as même pas pris la peine de m’informer…
-J’ai bien chargé le réceptionniste de…
-Oui, il m’avait transmis ton message… Il m’avait précisé aussi que tu étais tout bouleversé en redescendant de ta chambre…
-Bouleversé ? Non… J’étais plutôt pressé de rejoindre mon ami au bar.
-Ah ! tu étais pressé de rejoindre cet ami, et non pas pressé de me rejoindre. Pourquoi ne l’as-tu pas donc invité à dîner avec nous ? Cela nous aurait évité bien des tracas.
Il hausse encore les épaules :
-Je ne pensais pas trop tarder…tu m’en vois navré, Yamina…
-C’était donc ça ta longue histoire ?


(À suivre)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER