Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le mendiant de l’amour

35e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé :  Youcef clôture son récit. Il devrait récupérer ses dossiers et revoir ses médecins qui attesteront de son état mental, puis prendre un avocat. Au petit matin, il est réveillé par le bruit d’une clef qu’on introduisait dans la grande porte d’entrée.

Il se lève d’un bond et se retrouve face à un homme de haute stature qui le dévisage curieusement.
- Qui êtes vous ? Et que faites-vous dans ma maison ?
- Je m’appelle Youcef et...
- Que faites-vous donc chez moi ?, le coupe l’homme.
- Je viens d’être engagé comme homme à tout faire par Mme D.
- Ah ! Vous êtes donc cet homme dont elle m’a parlé. Cependant, elle n’avait pas précisé que vous passiez aussi vos nuits sous mon propre toit. Les voisins ont déjà dû jaser sur mon compte.
- Monsieur, cela fait à peine deux jours depuis que je suis engagé chez vous, je doute que qui que ce soit m’ait vu.
L’homme secoue la tête.
- Je savais que Linda était une inconsciente, mais pas à ce point.
- Désolé si je cause des ennuis. Je vais tout de suite quitter les lieux.
- Pour aller où, Youcef ?
Les deux hommes se retournèrent en même temps.
Linda, courbée sur sa béquille, se tenait juste derrière eux.
- Où penses-tu te rendre, Youcef ? Ne devrais-tu pas m’accompagner chez mon médecin ce matin ?
Le jeune homme jette un regard à l’homme en costume qui se tenait devant lui et qui le devança pour lancer d’une voix plus calme :
- Linda, ma chérie ! Que t’arrive-t-il donc ?
- Rien.
- Comment ça, rien ? Tu utilises une béquille pour marcher, et tu dois revoir le médecin ! Je ne comprends pas.
- Il n’y a rien à comprendre, Salah. Si tu étais plus souvent chez toi, tu aurais compris qu’une femme seule est exposée à tous les risques. Mais tu n’en a cure.
Salah s’approche d’elle et lui prend le bras :
- Tu connais bien les raisons de mes absences, je dois bosser, non ?
- Oh oui, Salah ! Tu dois t’absenter et j’en connais toutes les raisons. Tu rentres pour combien de temps cette fois-ci ?
Salah se tourne et remarque qu’ils étaient seuls. Youcef s’était discrètement éclipsé et on entendait le bruit d’un sécateur dans le jardin.
Il revient alors vers sa femme et, ignorant sa question, dit :
- Cet homme, tu l’introduis chez moi en mon absence, et il passe même ses nuits ici.
- Cet homme m’a sauvé la vie, Salah. S’il me voulait du mal, il n’aurait pas attendu que tu sois là pour passer à l’action. Cet homme a couru derrière le voleur qui m’a agressée et a récupéré mon sac, avant de m’aider à rentrer à la maison. Il a appelé un médecin.
Alors que toi tu te payais du bon temps ailleurs.

(À suivre) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER