Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le mendiant de l’amour

47e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Youcef propose à Linda de le retrouver sur le banc où elle l’avait rencontré pour la première fois. Un peu hésitante, la jeune femme finira par accepter. Elle rejoint le jeune homme et lui révèle que beaucoup de choses s’étaient passées depuis son absence.

Il hoche la tête.
-Je m’en doutais. En fait, je suis passé hier, et j’ai remarqué l’état des lieux.
Il ne m’en fallait pas plus pour comprendre que tu n’étais pas là. Je suis passé par toutes les hypothèses possibles et imaginables. J’étais très inquiet à ton sujet, et fort heureusement je me suis rappelé l’ancienne maison de tes parents. Tu m’avais si bien décrit les lieux que je n’ai pas eu de mal à la retrouver, tout en espérant que tu y serais.
Elle sourit.
-Et j’y étais.
-Je rends grâce à Dieu.
Il soupire.
-Enfin. Tu t’es libérée des crocs de ce monstre.
-Oui. J’ai pris la meilleure décision de ma vie, alors que tu étais fort occupé par tes affaires et tes audiences au tribunal.
Il déglutit.
-Je suis désolé d’avoir tardé à te retrouver. Tu m’en vois vraiment
navré.
Elle le coupe.
- Oh ! N’en fais pas un drame. Je sais que tu étais occupé. Et tout au fond de moi, je savais aussi que tu allais réapparaître dans ma vie.
- C’est vrai ?
Elle hoche la tête.
-Oui, Youcef. Un homme tel que toi revient toujours vers les gens qu’il apprécie. Me trompais-je ?
Il secoue la tête.
-Non, Linda, tu ne te trompes pas, tu as vu juste.
Je voulais revenir vers toi et te démontrer que je n’ai oublié ni ta générosité, ni ton grand cœur et ta douceur. Tu es une femme qu’on rencontre rarement de nos jours.
Elle fait un signe de la main.
-Cesse donc de me jeter des fleurs. Je t’ai juste donné un coup de pouce pour entamer ton procès.
-Un coup de pouce ? Non ! Tu oublies trop vite, Linda. Rappelle-toi donc que c’est grâce à cet avocat que j’ai pu enfin intenter une procédure judiciaire. Et grâce à ton argent, j’ai pu régler pratiquement tous mes aléas.
Elle sourit.
-Je suis heureuse pour toi, Youcef. Tu mérites cette victoire sur tes ennemis.
Il cherche son regard fuyant et demande :
-Et toi ? Que deviens-tu donc ?
Elle hausse les épaules.
-Après mon divorce, j’ai quitté cette villa, et je me suis installée dans l’ancienne maison de mes parents.
-Oui, ça je l’ai bien assimilé. Mais comment fais-tu pour vivre ?

(À suivre) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER