Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le voyou

62e partie et fin

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Feriel n’était plus de ce monde. Karima est anéantie. Farid reconnaît qu’il n’avait jamais été un père digne de ce mot et dévoile ses regrets. Sa fille payait pour ses péchés.

L’infirmière hausse les épaules et sort. Karima semblait plus calme. Elle prend les mains de sa fille et les garde dans les siennes. Farid s’agenouille près d’elle et se met à sangloter à fendre l’âme.
Deux jours plus tard, la petite est enterrée. Farid, submergé de remords, retourne dans son studio, où il arrache d’une main rageuse les pancartes publicitaires et jette par terre tous les dossiers et tout ce qu’il avait préparé dans le seul but d’arnaquer Lamia. Avant de quitter les lieux, il retire du tiroir l’acte de propriété de l’appartement et se rend ensuite chez Houria, à qui il se confie sans omettre le moindre détail. Elle l’écoute bouche bée avant de se saisir de l’acte de propriété et de le mettre dans son sac. La stupeur se lisait sur son visage.
Il revient à la maison pour prendre l’argent, puis se rend à la banque afin de récupérer les bijoux de sa femme. Fort heureusement, il n’eut aucun mal à les retirer et aucun intérêt à payer.
Il rejoint Karima, qui ne quittait plus son lit depuis l’enterrement de leur fille.
La chambre était plongée dans la pénombre. La jeune femme avait étalé quelques affaires de Feriel un peu partout et jouait avec la peluche Koala. Elle avait le regard vide, et ses yeux enflés et rouges dénotaient d’une récente crise de larmes.
Farid lui retire le jouet et l’embrasse. Il prend les bijoux de sa poche et les lui tend, ainsi que l’enveloppe qui contenait l’argent récemment retiré de son compte d’épargne.
Karima le regarde sans rien comprendre.
- Reprends tes biens, Karima. Je suis indigne de toi. Je ne mérite même pas que tu me regardes. Je voulais t’arnaquer, toi aussi.
À elle aussi, il racontera la version réelle de ses projets machiavéliques. Karima l’écoute sans l’interrompre. Elle se lève à la fin du récit et ouvre la porte de la garde-robe d’où elle retire toutes les affaires de son mari. Elle fourre le tout pêle-mêle dans un grand sac et le lui tend en silence.
Farid comprend. Il prend le sac et quitte les lieux sans prononcer le moindre mot.
Dans la rue, il rencontre son ami Mourad, qui vient l’embrasser et lui présenter ses condoléances.  
Depuis ce jour, le jeune voyou disparaît du  quartier, et même de la ville. Personne ne sait où il vit ni ce qu’il fait. Même pas Gamra qui a pourtant les yeux partout. Cependant, cette dernière sait que Farid a vendu son studio à Lamia qui, en fin de compte, avait fini par lancer une agence immobilière.

FIN

Yamina Hanane


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER