Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

l’artiste

8e partie

Résumé : Tahar dévoile à la jeune poétesse qu’elle venait d’assister à une belle leçon sur l’art et le savoir-vivre. Cette femme ne voulait la toile  que parce qu’elle n’avait pas trouvé un autre cadeau à offrir à son mari. La manifestation battait son plein, mais Tahar avait d’autres projets…

 

L’artiste avait plus d’un tour dans son sac. Il était convié à une conférence de presse,      et avait ensuite rejoint d’autres participants pour superviser un décor théâtral, ce qui lui avait pris pratiquement toute la journée.
La clôture de cette manifestation arriva trop tôt à mon goût. J’avais l’étrange impression d’avoir donné et en même temps récolté quelque chose. En tous les cas, c’est ce que je ressentais moi-même. Heu… Je découvre aussi un petit mot dans mon registre de doléances. Une surprise… Je ne pensais pas que Tahar allait mettre son empreinte dans ce labyrinthe d’expressions qui parfois ne veulent rien dire.
Pourtant, je tombe sur une jolie caricature qui me représentait, stylo à la main, devant mes œuvres. Il était convaincu de mes dons de poétesse et me prédisait un avenir radieux dans l’écriture… “Un jour, ton nom deviendra une référence pour les prochaines générations dans le domaine de l’écriture… Ne lâche jamais prise, je suis certain que tu y arriveras.” Je souris en l’imaginant en train de gratter sa joue droite.
Il avait dû revenir durant la pause-déjeuner pour rédiger ces quelques mots qui, pour être franche, me réchauffèrent le cœur. Oui… Je devrais suivre ses conseils, me dis-je…
Rien n’est impossible, lorsque la volonté y est.
Quatre années passent. Je venais de décrocher mon bac et m’apprêtais à entamer mes études supérieures. Telle une amulette porte-bonheur, je gardais, au fond de mon sac, le petit mot de Tahar. Par superstition peut-être. J’étais convaincue qu’il m’aidait à surmonter mes épreuves, et jusque-là, je n’avais jamais été déçue.
Me voici donc en marche vers mon avenir. La poésie pourrait attendre des jours meilleurs. Je n’étais plus aussi inspirée que dans mon adolescence.
Cependant, j’aimais rédiger des nouvelles que je publiais de temps à autre dans certains quotidiens locaux. Cela se passait plutôt bien, et j’avais même un bon retour de mes lecteurs. Heu…
Ah ! je dois vous dire aussi, que jusque-là, je signais par mon pseudonyme : RYM…
Pas pour rester dans l’ombre, mais parce que mes parents n’auraient pas admis que je me lance dans une telle aventure, alors que j’avais des examens à préparer.
Pourtant, je n’eus aucun mal à suivre mes études, et l’écriture devint pour moi un passe-temps très agréable, et même très rentable, puisque la documentation me permettait d’enrichir mes connaissances et la lecture renforçait mon lexique.
À l’université, il suffisait de m’organiser pour donner libre cours à ma passion. Une fois le tronc commun entamé, je pus faire face à mes autres obligations sans trop de mal. Me voici donc sollicitée par quelques revues pour publier des nouvelles dont les thèmes étaient inspirés de faits réels et surtout par des maux de notre société… Un jour, alors que je me rendais à une rédaction pour remettre mon travail, on me demande si je pouvais remplacer un confrère malade pour couvrir une exposition d’art plastique au théâtre de la ville…


(À suivre)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER