Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le vent de l’été

9e partie

Résumé : Nacéra rabroue sa sœur. Il y a quelques mois, elle faisait de grands projets pour son avenir. Pourquoi donc ce revirement de situation ? Quelque chose ne tournait pas rond... Soudain, la vérité éclate : Maissa est enceinte !

Elle se lève et court se soulager dans la salle de bain. Anéantie, Nacéra la suit des yeux. Sa sœur s’est faite avoir. Elle va attirer la malédiction sur elle et sur toute la famille si elle ne l’aide pas. Elle reprend ses esprits et fait un effort pour elle-même pour paraître calme. 
Maissa revient, et la regarde dans les yeux avant de lancer :
-Je suis désolée Nacéra… Je ne voulais pas en arriver là.
Nacéra  lève une main protestante :
-Cela ne sert à rien de revenir là-dessus. Le scandale pourra éclater et éclabousser tout sur son passage. Tu risques d’attirer la honte sur notre famille si on n’agit pas rapidement.
Elle pousse un soupir avant de poursuivre :
-Je te croyais plus sensée. Une universitaire, une intellectuelle… Tu as tout juste vingt ans et tu tombes dans les bras du premier venu… Bien sûr. Je comprends mieux maintenant ses réticences à venir demander ta main. Il a déjà eu ce qu’il voulait de toi. Rien d’autre ne pourra plus l’intéresser. Tu as dû le supplier et lui promettre le paradis pour qu’il se décide enfin à réparer sa faute. Et encore, rien n’est moins sûr.
Maissa déglutit et baisse les yeux avant de demander :
-Tu ne vas pas le crier sur tous les toits ?
Nacéra sentit la moutarde lui monter au nez :
-Tu es une inconsciente. Une moins que rien. Une fille sans scrupules. Et tu oses me demander…
Elle secoue la tête :
-On aura tout vu dans ce monde… Vraiment, Maissa, tu me déçois. Tu me déçois énormément.
-J’aimerais que tu m’aides, répondit Maissa dans un sanglot.
-Oh arrête ! Je ne veux plus t’entendre te lamenter ni pleurer… Tu ne pourras plus reculer… Heu… pourquoi ne me m’en avais-tu pas mise au courant plutôt ? J’aurais peut-être pu intervenir à temps.
-Je… je ne savais pas que j’étais enceinte. Je n’avais rien compris. Je ne connaissais pas les symptômes d’une grossesse… Ce n’est que lorsque je me suis sentie de plus en plus fatiguée que j’ai été voir un médecin. Et c’est là où j’ai découvert…
Elle réprime un sanglot :
-C’était terrible. Je n’en croyais pas mes oreilles. Lorsqu’on m’avait confirmé ma grossesse j’étais déjà au troisième mois et le médecin a refusé de me faire avorter.
Nacéra lève les bras au ciel :
-Tu es passée par toutes les étapes. Bravo ! D’abord une grossesse, puis un avortement. Et ensuite… Ensuite qu’as-tu fais ? Tu t’es mise à genoux devant cet homme pour le supplier de t’épouser ? Quelle humiliation ! Il te brandira toujours ça au visage… Ta vie durant, tu vivras accrochée à sa bonne volonté. Cet homme, s’il t’épouse, fera de toi son souffre-douleur… Et…Et il te trompera à la première occasion, tiens le toi pour dit. Mais ce qui sera encore bien pire pour toi, c’est qu’il ne te fera plus jamais confiance. Jamais ! Son expérience avec toi plaidera toujours pour lui.
Maissa ne répondit pas. 
Elle avait arrêté ses pleurs et subissait, en silence, les remontrances de sa sœur aînée. Nacéra eut soudain pitié d’elle. Elle se reprend et lance d’une voix moins forte :
-Tu as dit qu’il se présentera le week-end prochain ?
Maissa hoche la tête :
-Oui. C’est ce qu’il m’a dit.
- Eh bien attendons jusque-là pour voir s’il dit la vérité.
Maissa sursaute :
-Tu doutes ?


(À suivre)
Y. H. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER