Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
RÉDACTEUR EN CHEF WEB Mercredi, 11 Juillet 2012 21:43 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Écoulement à surface libre (04)

Par : Salim KOUDIL

« Celui qui n'étudie pas l'Histoire se condamne à la répéter».

 

Dimanche 01 juillet 1962

1er juillet 1962 : Jour du référendum d’autodétermination en Algérie. Je n’étais pas né, mais j’ai tellement lu et entendu sur cet événement que je veux faire un rappel. Mais pas à la « ayouha al mouwatinoune ». Le problème c’est qu’on a réussi à ringardiser tout ce qui touche à l’Algérie. Ça donne toujours cette sensation de hasbeen chez la majorité des algériens.  Pourtant ce n’est pas le sujet qui est à remettre en cause mais ceux qui l’ont transformé en fond de commerce.

Donc, ce fameux premier jour de la seconde moitié de cette année 1962. C’était un dimanche, comme ce 01 juillet 2012. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours eu une difficulté à gober la question qui a été posée ce jour là aux algériens. On demandait aux « autochtones » de répondre à cette question : « Voulez-vous que l'Algérie devienne un Etat indépendant coopérant avec la France dans les conditions définies par les déclarations du 19 mars 1962 ? ». Une partie de cette phrase me laisse toujours perplexe : « un Etat indépendant coopérant avec la France dans les conditions définies par les déclarations du 19 mars 1962 » !

Pour ce référendum, il y a des chiffres également. Le corps électoral était près de 6,55 millions d’électeurs pour une population de 11,2 millions d’habitants (source ONU).  Je parle de ces chiffres pour arriver à une question qui me taraude depuis longtemps, et à laquelle je n’ai pas eu de réponse concrète. Combien étions-nous en 1830 ? J’ai lu beaucoup sur le sujet. Aucune statistique officielle n’était disponible en cette année là. Les turcs n’auraient  pas fais de recensement « plus au moins précis » lorsqu’ils étaient en Algérie.  Enfin jusqu’à preuve du contraire. Il y a trop d’approximations et d’idées reçues. Ici, je n’ai pas trouvé assez de sources pour assouvir ma curiosité. Toutefois les estimations de certains historiens français seraient de trois millions d’habitants en 1830.  Que ce soit sur le nombre ou encore sur le taux  d’analphabètes à l’époque (ce qui est un point très important), le flou reste.  On parle de l’importance de revoir l’histoire du pays. Ok, je suis d’accord, mais pourquoi se contenter de la période 1954 – 1962 ?

 

 

Lundi 02 juillet 1962

C’est le premier jour du début des manifestations de joie. Les images qu’on nous montre depuis des lustres remontent ainsi à ce deux juillet. Lendemain du référendum et de l’écrasante victoire du « Oui » (99,72%), des millions d’Algériens défilaient. L’indépendance n’était plus un mirage.

 

Mardi 03 juillet 1962

Jour de la reconnaissance officielle de l’indépendance de l’Algérie. Il s’agit bien de la fin de 132 ans d’occupation. L’échange de lettres entre le Président de la République française et le Président de l'Exécutif provisoire de l'État algérien est un document historique que j’ai envie


Paris le 03 juillet 1962

Le Général De Gaulle

Paris, le 3 juillet 1962

Monsieur le Président,

La France a pris acte des résultats du scrutin d’autodétermination du 1er juillet 1962 et de la mise en vigueur des déclarations du 19 mars 1962.

Elle a reconnu l’indépendance de l’Algérie.

En conséquence, et conformément au chapitre 5 de la déclaration générale du 19 mars 1962, les compétences afférentes à la souveraineté sur le territoire des anciens départements français d’Algérie sont, à compter de ce jour, transférées à l’Exécutif provisoire de l’Etat algérien.

En cette solennelle circonstance, je tiens à vous exprimer, Monsieur le Président, les vœux profondément sincères, qu’avec la France tout entière, je forme pour l’avenir de l’Algérie.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à ma haute considération.

C. de Gaulle

Destinataire :
Monsieur Abderrahmane FARES
Président de l’Exécutif provisoire
de l’Etat algérien

 

 

Lettre du président Farès au général de Gaulle

Rocher Noir le 3 juillet 1962

Monsieur le Président,
J’ai l’honneur, au nom de l’Exécutif provisoire algérien, de vous accuser réception de votre message et de prendre acte de la reconnaissance officielle, par la République française, de l’indépendance de l’Algérie. Conformément au chapitre 5 des déclarations d’Evian du 19 mars 1962, l’Exécutif provisoire a ainsi reçu à ce jour le transfert des compétences afférentes à la souveraineté sur le territoire algérien. Je vous remercie des vœux sincères que vous formez à l’adresse de l’Algérie, et j’exprime, à mon tour, au nom de l’Exécutif provisoire, en cette journée historique, les vœux sincères pour la France et pour une coopération féconde entre nos deux pays.
Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma haute considération.


A Farès.

 

Deux messages historiques. Combien de personnes connaissent Abderrahmlane Fares ? Il s’agit pourtant du président de l'Exécutif provisoire algérien d’avril à septembre 1962. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur lui (il est mort en 1991 à 80 ans) un livre s’impose, le sien :"La cruelle vérité: Mémoires politiques 1945 - 1995"

 

 

Mercredi 04 juillet 1962

Je publie là une déclaration. C’est plutôt un passage de la déclaration de Benyoucef Benkhedda, à l’époque président du GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne), faite le 04 juillet 1962. Je trouve que c’est d’une actualité « brûlante ».

« L’Algérie est aujourd’hui indépendante, mais la lutte est loin d’être terminée. L’indépendance n’est pas une fin en soi, elle est un moyen qui permet d’atteindre les objectifs économiques et sociaux sans lesquels on ne peut parler de révolution. A ce titre, des tâches immenses nous attendent. Il faut rebâtir le pays, créer une économie nationale au service du peuple, réduire la misère et l’analphabétisme, recaser les regroupés et les réfugiés ».

 

Jeudi 05 juillet 1962

Après 132 de colonialisme français, l’Algérie est indépendante.

 

Vendredi 06 juillet 1962

Un écrivain américain est mort en ce jour. Pas n’importe lequel. William Faulkner, prix Nobel littérature de 1949. L’écrivain sudiste n’a pas de relation directe avec l’Algérie.  Merzac Bagtache m’a mis la puce à l’oreille. Dans une de ses chroniques il a fait un parallèle entre William Faulkner, Kateb Yacine et Albert Camus. Ainsi le père de Nedjma était fan de l’américain. Peu avant sa mort (survenue le 28 octobre en France), Kateb Yacine avait emprunté à la bibliothèque de Grenoble quelques romans de Faulkner, un auteur qu’il adorait. La relation ne s’arrête pas là. Comme l’a mentionné Bagtache, l’auteur de « Le Polygone étoilé » a établi un parallèle entre deux prix Nobel : Albert Camus et William Faulkner. Le chroniqueur n’a pas mentionné la phrase complète de Kateb Yacine sur William Faulkner, mais elle en dit long : « «il a des accents racistes que Camus dissimule ». Tout un programme pour ceux qui veulent y plonger.

 

Samedi 07 juillet 1830

Je reviens 132 en arrière. 07 juillet 1830,  la capitulation du Dey Hussein devant les français est officialisée. Ce 07 juillet est le jour où le représentant de la « Grande Porte » ordonne à ses troupes d’évacuer la Casbah, signe de la défaite totale. L’histoire retiendra que huit jours après, ce « chef » de dey Hussein se retrouvait à…Naples. De leurs côtés, les Janissaires, qui régnaient sur Alger, ont embarqués par l’Asie Mineure. D’ailleurs un point important a attiré mon attention. Les Janissaires, n’existaient plus officiellement dans l’empire Ottoman, depuis 1826. Ceux d’Alger étaient les derniers encore en activité.

S.K

 

Commentaires 

 
#1 personne 25-09-2012 11:22
du moment que le monde a été dévisé apres la deusiemme guèrre mondial les accord de yalta a kiev je ne vois pas pourquoi il n'yaurai pas un neauveaux ordre mondial et un découpage de la nouvelle carthographie mondial vue ce qui ce passe de nos jour car le mots paix n'est qu'un accidant et votre démocratie n'est qu'une doctrine creuse qui sèmme le ko
 
DIlem
DILEM DU 22 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos