Ghaza: 1.113 Palestiniens tués au 21e jour de l'agression israélienneAgression israélienne contre la population de Gaza: Ban Ki-moon lance un nouvel appel au cessez-le-feuCrash du vol AH5017: l'enquête se déroule en coordination et collaboration entre l'Algérie, le Mali et la France (Sellal)Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
RÉDACTEUR EN CHEF WEB Mercredi, 04 Avril 2012 21:48 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Savourer un « Pain noir », ce n’est pas «Normal »

Par : Salim KOUDIL

Je voudrais vous parler d’un film, le dernier de Merzak Allouache.  « Normal », réalisé en 2011 avec un financement  de Doha Film Institut (DFI). Une précision de taille pour ce que je vais écrire plus loin. Il avait été projeté une première fois à Oran, en décembre 2011, dans le cadre de la compétition du Festival d’Oran du film arabe (Fofa). Ce mardi, c’était à la salle Cosmos Alpha dans le cadre des journées du film méditerranéen d’Alger (MéditerraCiné).
Je voulais le voir pour comprendre un peu plus la polémique qu’avait suscitée Merzak Alouache à Oran. Il y a eu de nombreux articles critiques, souvent écrits avec des arrière-pensées. De tous ceux que j’avais lus, celui de ma collègue Sara Kharfi, était pour moi, critique certes, mais le plus subtil. Donc, je voulais avoir ma propre opinion.
À ma sortie de la salle, j’estime que les plus virulentes plumes de « l’épisode oranais » étaient finalement trop  molles. Déçu, je dirai même plus,…déçu ! Que voulait nous transmettre le réalisateur d’Omar Gatlatou ?
Je commencerai par dire que « Normal » à tout d’un non-film.  Le premier mot qui m’est venu à l’esprit est « khalouta » (mélange improbable).  On sentait bien que le réalisateur, les acteurs, le monteur, ne savaient plus quelle direction prendre. Il a été question de tous les sujets, sans qu’un seul ne soit abordé réellement. On se perdait au fur et à mesure que le film avançait. Jeunesse, révolution, Panaf, tabous, situation de l’artiste, censure, liberté, démocratie, manifestations, printemps arabe…toute cette panoplie de thèmes, pour qu’à la fin le film accouche d’un …« gralou » (cafard). Et je ne suis pas assez dur.
On l’a présenté comme un film racontant la désillusion de la jeunesse,  et je n’ai rien retrouvé de cela. Le fait de vivre en France depuis 1993 peut être une « excuse » pour Merzak Allouache de ne pas avoir pu saisir la « tonalité » de la jeunesse d’aujourd’hui. 18 ans (le film a été réalisé en 2011) c’est beaucoup, et entre temps, le pays a beaucoup changé. Avec Omar Gatlatou (1975), le réalisateur avait vraiment su maitriser son sujet. Cette fois, à l’instar du feuilleton « Babor El Djazair », comme l’avait écrit l’autre S.K (Sara Kharfi), c’était « encore un rendez-vous raté ! »
J’ai rencontré, à la sortie de la salle, une personne, que je ne citerai pas, mais qui est assez connue dans le monde de la culture en Algérie. Notre discussion était évidement en off, et ce qu’elle m’a dit résume en quelque sorte ce que je pensais : « Merzak Alouache a réalisé un véritable navet. Il a été payé par les « pétroLEUX» du Qatar avec l’intention de suivre la révolution qu’ils espéraient voir exploser en Algérie et au bout du compte leurs calculs étaient faussés (…) c’est pourquoi il s’est perdu dans le film ne sachant pas comment le faire, ni dans quelle direction aller». Une lecture « politisée » qui tient la route.  Le fait que le seul prix obtenu par « Normal », soit celui du meilleur long métrage arabe au festival Doha-Tribeca (2011), ne pouvait pas être aussi « normal » que ça!
Dieu merci, je n’ai pas quitté les lieux tout de suite après la projection de « Normal ». Respectant trop le septième art, ça aurait donné un gout très amer à ma journée. J’ai donc attendu la projection d’un autre film. «Pan negro» (Pain noir), un film réalisé par l’espagnol Augusti Villaronga (2011). Un régal. Ça c’est du Cinéma !

 

S. K.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 27 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos