Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
RÉDACTEUR EN CHEF WEB Mercredi, 04 Avril 2012 21:48 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Savourer un « Pain noir », ce n’est pas «Normal »

Par : Salim KOUDIL

Je voudrais vous parler d’un film, le dernier de Merzak Allouache.  « Normal », réalisé en 2011 avec un financement  de Doha Film Institut (DFI). Une précision de taille pour ce que je vais écrire plus loin. Il avait été projeté une première fois à Oran, en décembre 2011, dans le cadre de la compétition du Festival d’Oran du film arabe (Fofa). Ce mardi, c’était à la salle Cosmos Alpha dans le cadre des journées du film méditerranéen d’Alger (MéditerraCiné).
Je voulais le voir pour comprendre un peu plus la polémique qu’avait suscitée Merzak Alouache à Oran. Il y a eu de nombreux articles critiques, souvent écrits avec des arrière-pensées. De tous ceux que j’avais lus, celui de ma collègue Sara Kharfi, était pour moi, critique certes, mais le plus subtil. Donc, je voulais avoir ma propre opinion.
À ma sortie de la salle, j’estime que les plus virulentes plumes de « l’épisode oranais » étaient finalement trop  molles. Déçu, je dirai même plus,…déçu ! Que voulait nous transmettre le réalisateur d’Omar Gatlatou ?
Je commencerai par dire que « Normal » à tout d’un non-film.  Le premier mot qui m’est venu à l’esprit est « khalouta » (mélange improbable).  On sentait bien que le réalisateur, les acteurs, le monteur, ne savaient plus quelle direction prendre. Il a été question de tous les sujets, sans qu’un seul ne soit abordé réellement. On se perdait au fur et à mesure que le film avançait. Jeunesse, révolution, Panaf, tabous, situation de l’artiste, censure, liberté, démocratie, manifestations, printemps arabe…toute cette panoplie de thèmes, pour qu’à la fin le film accouche d’un …« gralou » (cafard). Et je ne suis pas assez dur.
On l’a présenté comme un film racontant la désillusion de la jeunesse,  et je n’ai rien retrouvé de cela. Le fait de vivre en France depuis 1993 peut être une « excuse » pour Merzak Allouache de ne pas avoir pu saisir la « tonalité » de la jeunesse d’aujourd’hui. 18 ans (le film a été réalisé en 2011) c’est beaucoup, et entre temps, le pays a beaucoup changé. Avec Omar Gatlatou (1975), le réalisateur avait vraiment su maitriser son sujet. Cette fois, à l’instar du feuilleton « Babor El Djazair », comme l’avait écrit l’autre S.K (Sara Kharfi), c’était « encore un rendez-vous raté ! »
J’ai rencontré, à la sortie de la salle, une personne, que je ne citerai pas, mais qui est assez connue dans le monde de la culture en Algérie. Notre discussion était évidement en off, et ce qu’elle m’a dit résume en quelque sorte ce que je pensais : « Merzak Alouache a réalisé un véritable navet. Il a été payé par les « pétroLEUX» du Qatar avec l’intention de suivre la révolution qu’ils espéraient voir exploser en Algérie et au bout du compte leurs calculs étaient faussés (…) c’est pourquoi il s’est perdu dans le film ne sachant pas comment le faire, ni dans quelle direction aller». Une lecture « politisée » qui tient la route.  Le fait que le seul prix obtenu par « Normal », soit celui du meilleur long métrage arabe au festival Doha-Tribeca (2011), ne pouvait pas être aussi « normal » que ça!
Dieu merci, je n’ai pas quitté les lieux tout de suite après la projection de « Normal ». Respectant trop le septième art, ça aurait donné un gout très amer à ma journée. J’ai donc attendu la projection d’un autre film. «Pan negro» (Pain noir), un film réalisé par l’espagnol Augusti Villaronga (2011). Un régal. Ça c’est du Cinéma !

 

S. K.

 

Commentaires 

 
#4 sourrad 23-04-2012 07:00
Je viens de lire cet article. A la place de ALLOUACHE, je dirais normal pour ce qui vient d'etre ecrit. Une critique qui ne s'appuit sur aucune analyse objective et pour mieux nous faire avaler la pilule on prononce le mot "petroleux" , avec une bonnne dosage de la paranoa, comme à la khaled " comme il a dit lui". NORMAL.
je me demande si Allouache n'a pas fait ce film pour dénoncer un fonctionnement d'un peuple perdu, le notre. Tous les peuples ont des langues et la developpent pour mieux se comprendre et s'entendre. Chez les algeriens, on a résumé toutes les langues en un seul mot:NORMAL, qui veut dire bcq de choses, il suffit juste de changer de timbre de voix, de ton, intensité...Si on veut faire comprendre quelque chose d'autre. NORMAL, me diriez-vous...
 
 
#3 harba 10-04-2012 17:24
IL RESTE COMMEME UN GRAND REALISATEUR
 
 
#2 sayad 05-04-2012 21:18
tout a fait d'ac avec l'analyse, il a pris le melon merzak allouach, peut-être qu'il est manipulé a son insu? si non plus sérieusement les algériens doivent se réveiller et agir avant que le scénario syrien ne vient s'appliquer chez nous et ce n'est pas nos voisins qui vont bouger le petit doigt.
 
 
#1 Nedjma 05-04-2012 13:46
J'aime beaucoup le titre, et la critique, cela me donne envie d'aller voir le film mais je suis restée sur ma faim car le style " quelqu'un m'adit" est un peu limite, vous auriez pu nous donner des indices sur la personne qui a fait cette déclaration, On est un peuple" CURIEUX"
 
DIlem
DILEM DU 21 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos