Foot / Reportage foot

Notre reporter vous invite à une visite guidée du mythique stade de Barcelone

Au Camp Nou, comme si vous y étiez !

©Khris/Liberté

Un monument emblématique à la façade éclairée en “blaugrana” (bleu et grenat) et ornée en sang et or s’impose tel un lourd édifice dans le quartier les Corts à Barcelone et symbolise par ces couleurs, à la fois, la célèbre équipe du “Barça” – pour les intimes – et sa région natale, la Catalogne. La grisaille qui enveloppait ces derniers jours la capitale catalane cède la place en un laps de temps à une éclaircie faisant éclater une image panoramique des plus fascinantes du mythique stade de Barcelone. Camp Nou ou Nou Camp, “nouveau stade“ en catalan, qui a charmé, des décennies durant, des millions d’adeptes de la balle ronde à travers les 22 acteurs qui s’y surpassent, continue d’envoûter des foules nombreuses par sa sublime architecture, ses infrastructures modernes, ses équipements et sa parfaite gestion. Depuis son édification en 1957, le légendaire stade de Barcelone n’a rien perdu de sa notoriété planétaire. Des centaines de personnes, entre supporters mondiaux du Football Club de Barcelone (FCB) et fans de ses stars ou simples curieux, affluent quotidiennement vers le célébrissime complexe sportif de Catalogne. Ce vendredi 6 mars ne déroge pas à la règle. D’interminables groupes de personnes déferlent vers cette vaste arène des gladiateurs du football qu’incarnent les joueurs du FCB… Venus en famille ou entre copains, les visiteurs du… Camp s’émerveillent à l’idée de palper les objets que touchent leurs idoles dans leurs différents déplacements et emprunter les divers parcours qu’arpentent leurs stars préférées au sein de cette gigantesque enceinte. Les responsables du club ont, en toute magnanimité, pensé aux nombreux “aficionados”, exaltés du club, ainsi qu’aux inconditionnels du foot en leur proposant une visite guidée quotidienne de ce majestueux ouvrage architectural et de ses aménagements. Un tour féerique marqué par d’éblouissantes et augustes haltes au sein des diverses installations et autres démembrements connexes. Dès l’entame de la virée, un écriteau gravé tel un leitmotiv sur les murs de plusieurs agencements frappe les regards et capte les esprits. “Més que un club” (plus qu’un club). C’est la devise autour de laquelle est bâti le club.


Badreddine khris/Liberté

Mirabile visu !
C’est aussi la règle qui dicte sa conduite sur la scène footballistique mondiale. Au fur et à mesure que la tournée des lieux se poursuit, d’aucuns déduisent le sens très lourd de ce credo. Le Barça c’est réellement plus qu’un club. Pour les Catalans, c’est une identité, un bastion de la revendication, eux qui escomptent un jour concrétiser leur autonomie vis-à vis du pouvoir central en Espagne. Sur le plan économique, le FCB est quasiment un groupe industriel, une société ayant pour fondements un parfait management et un marketing efficient. Outre ses recettes engrangées de la vente des billets, des abonnements annuels de ses “socios“ (associés ou supporters) et ses conventions publicitaires, le FCB s’est doté d’une boutique pour la commercialisation des maillots, survêtements et autres tenues flanqués des noms des Messi, Neymar et consorts. Les prix affichés sont plus ou moins à la portée de tous les présents. Les fervents supporters se font le plaisir de s’offrir un objet aux couleurs blaugrana.
Des montres, des porte-clefs, des écharpes… estampés des trois fameuses lettres FCB sont ainsi étalés à travers les coins du magasin, pris d’assaut par les visiteurs. Un billet de 20,70 euros en main, un guide invite le groupe de visiteurs vers le musée. L’on a entendu parler de ce musée notamment des pièces chères et rares dont il dispose qui ont ensorcelé plus d’un. Toi qui brilles de ton aspect extérieur, quel est ton for intérieur ? Cette incontournable partie du complexe permet à ses convives de lire et d’admirer le passé et le passé récent de l’un des clubs les plus en vue actuellement de par son palmarès, ses stars, sa qualité de jeu et son aura internationale... édifié en 1984, le musée consacré au club et à son histoire ouvre ses portes.

“Més que un club” (plus qu’un club), c’est…
Il est rebaptisé en 2000 “Musée Président Núñez” à l'initiative de Joan Gaspart, en hommage à son prédécesseur Josep Lluís Núñez, président du club entre 1978 et 2000 et à l'origine de la création du musée. Sur une superficie supérieure à 3500 m2 y sont exposés les trophées remportés par les différentes sections du club, de nombreux maillots et chaussures portés par les anciens joueurs du club, à l’image de celui de Maradona.
Et y est expliquée aussi la prestigieuse épopée du FC Barcelone. De nombreux objets liés à l'histoire du Barça y sont montrés au public, y compris des œuvres de Salvador Dalí, Joan Miró, Antoni Tàpies, José Segrelles ou Josep Maria Subirachs sur le thème du sport.
Une zone multimédia est également mise en place, avec de nombreux documents audio et vidéo présentant les personnages et les moments-clés de l'histoire du club. Le musée possède aussi son centre documentaire, d’archives de presse du club et d'autres documents. Il permet en outre la consultation de très nombreuses photographies. Des tables lumineuses retracent aussi l'histoire du club. En résumé, on dénombre vingt-deux titres de champion d’Espagne, quarante-deux coupes nationales, quatre Ligues des champions, deux Coupes du monde des clubs. L’invitation est faite pour entrer dans l’antre du mythique FC Barcelone. Bref, ce sont plus de cent ans d’histoire du club comprenant tous les trophées principaux gagnés par les différentes équipes du FC Barcelone qui y sont exposées. On y admire la coupe des clubs champions européens, les 4 coupes de la Ligue des champions (1992, 2006, 2009, 2011) et le ballon de la finale de la Coupe d’Europe qui s’est jouée à Wembley le 28 mai 2011, remportée par le FCB contre Manchester United sur le score de 3 buts à 1.
Un espace est réservé à Messi où sont étalés ses 4 ballons d’or. Une chose est certaine, le musée reste incontestablement l’endroit le plus fréquenté de la ville, avec plus de 1 200 000 de visiteurs par an. Le guide propose à ses invités un tour vers les vestiaires. Hélas, seuls ceux réservés aux équipes visiteuses sont ouverts au public. L’accès est formellement interdit à ceux du club local… Une telle mesure de l’administration provoque un brin de déception aux hôtes du complexe. Après ce point de visite vient le très attendu rectangle vert. à côté des escaliers qui mènent vers le terrain, se trouve une chapelle où se recueillent les joueurs avant le début de chaque match. Les marches du tunnel conduisent tout droit au bord de la pelouse. L’autorisation d’accès est accordée seulement jusqu’à la zone des bancs de touche. Ici, les visiteurs peuvent remonter les gradins jusqu'à l'espace présidentiel. Ils peuvent également entrer aux cabines de presse où les commentateurs élisent domicile pendant le déroulement des rencontres. Derrière une vitre blindée, les journalistes dominent l’ensemble du stade.
Située sur le troisième gradin de tribune du Camp Nou, elle offre une vision optimale du terrain de jeu, cette installation est l'une des plus modernes qu'on puisse trouver dans un stade de football non seulement en Europe, mais aussi dans le monde entier.

Le musée accueille 1,2 million de visiteurs par an
Cet espace compte un total de 192 pupitres de presse, 2 études de télévision et 28 cabines de radio. La tribune de presse est équipée d'une technologie sans fil (wi-fi) restreinte aux médias et avec différents écrans plasma qui permettent de voir les matches en direct et les répétitions des actions. Les tribunes du Camp Nou sont agrémentées de nombreux aménagements. Le stade est doté d'une loge présidentielle, de salons VIP, de salles de presse, de plusieurs studios de télévision, d'un centre de médecine sportive, d'un centre de contrôle et de sécurité, d'une zone réservée aux anciens joueurs du club, et des bureaux des différentes sections sportives du club. Le stade, de forme ovoïde, compte trois niveaux de gradins de couleurs bleue et rouge, sur lesquels on lit l'indubitable inscription “Més que un club”. Il est à ciel ouvert sur sa majeure partie. Un toit couvre la tribune des loges présidentielles et des officiels, qui représente 41% de la surface des gradins. Le stade couvre une surface totale de 55 000 m2, soit 250 m de long sur 220 m de large. L'aire de jeu mesure 105 m de long sur une largeur de 68 m. Elle est plus basse que le niveau du sol aux alentours (en l'occurrence à -2,5 m), ce qui permet de diminuer la hauteur extérieure des tribunes. Le Camp Nou est parvenu, en quelques années, à se forger un nom et une histoire qui en font aujourd’hui la fierté de tous les aficionados barcelonais.
D’innombrables événements hors normes et grandioses ont été organisés sur cette pelouse. On peut citer entre autres la Coupe du monde 1982, la venue du pape Jean-Paul II (le 7 novembre 1982) ou encore de nombreux concerts ont aussi fait la renommée du Camp Nou. Cette enceinte a attiré les meilleurs joueurs du monde : Kubala, Cruyff, Maradona, Romario, Stoichkov, Ronaldo, Rivaldo ou encore Ronaldinho, et aujourd’hui, Messi, Neymar et Suarez… Ce sont autant de noms à l’origine du prestige dont jouissent le club et son stade. Avec une capacité de 99 354 places, le Camp Nou est désigné le plus grand stade d'Europe et le douzième au monde. Cet édifice est classé 5 étoiles par l'UEFA, ce qui lui permet de recevoir de nombreux matchs internationaux, notamment plusieurs finales de Ligue des champions, la dernière étant la finale de l'édition 1998-1999.
Voici arrivée la fin de la virée vers cette “forteresse” catalane, savamment protégée par des agents. Subjugués par la magnificence de cette mirifique œuvre, tous les visiteurs réclament… un temps additionnel, voire des prolongations… En vain ! Quelques minutes sont permises toutefois juste pour dire un ultime “adios” à ce légendaire endroit…

B. K.