Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Reportage

Cette solution n’est pas du goût des compétences locales

84 médecins cubains arrivent à Béchar

84 Cubains, entre médecins et médecins spécialistes, dont 25 gynécologues, sont arrivés, la semaine dernière, à Béchar pour combler le manque dont souffrent depuis plusieurs années les centres de santé de cette wilaya, à l’instar de plusieurs régions du Sud algérien. C’est ce que nous avons appris auprès de la direction de la santé de la wilaya de Béchar, qui affirme que les médecins cubains seront affectés, selon le besoin, dans les différents centres de santé que compte la wilaya. La venue des médecins cubains, soutient la même source, permettra enfin une “meilleure couverture sanitaire dans différentes spécialités”, car cette région ne compte que “55 spécialistes algériens dont un seul radiologue pour toute la wilaya”. D’où l’enthousiasme affiché par le DSP de Béchar de voir enfin les citoyens de cette région déshéritée bénéficier de meilleurs services de santé. Cependant, la solution de ramener des Cubains ne semble pas être du goût des professionnels locaux, lesquels revendiquent plutôt “la réhabilitation des médecins algériens”. “Ramener des Cubains pour pallier le manque de médecins dans la région du Sud n’est pas une solution pérenne”, regrette un praticien spécialiste rencontré à Béchar, qui a requis l’anonymat.
Il estime que la solution doit être trouvée avec les compétences nationales. “Il serait judicieux d’encourager les médecins algériens à venir au Sud en leur offrant les meilleurs moyens et en assurant un cadre de vie décent, au lieu de payer des étrangers (…)”, commente la même source. Même son de cloche chez certains représentants du mouvement associatif de la région, qui ne cachent pas leurs appréhensions par rapport à cette solution de faire venir des Cubains, “alors qu’on continue d’observer, impuissants, la fuite de compétences algériennes vers l’étranger”.
F. A.