Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Reportage

Reportage

La communauté algérienne estimée à 500 personnes

Officiellement, ils sont environ 500 Algériens seulement en Malaisie. Riadh Haoui en fait partie. À la fin des ses études, il a décidé de tenter sa chance en Malaisie. “En 1997, tous les pays étaient fermés aux Algériens. Nous avons pensé à la Malaisie, un pays qui n’exigeait pas de visa. Nous n’étions pas nombreux. On s’est inscrit à l’université”, raconte Riadh, rencontré au stand Alami vegetable Oil Products SDN. BHD, à la foire internationale de Malaisie. À l’époque, la Malaisie entamait son ouverture au monde arabe. En Algérie, Riadh Haoui a fait science politique. En Malaisie, il a débuté dans une entreprise de construction. Père de deux enfants, Riadh Haoui travaille actuellement à  Alami vegetable Oil Products SDN. BHD. Sa femme est enseignante à l’université. Riadh, natif de Oued Souf ne se sent pas dépaysé. “Nous avons une association de la communauté algérienne en Malaisie, qui organise des rencontres à certaines occasions, le 1er novembre par exemple, Aïd El-Fitr ou Aïd El-Kébir”, souligne-t-il.
M. R.