Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Reportages Dimanche, 15 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

En Corée du Sud, pays du matin calme

Le Smartphone, maître des lieux

Par : Outoudert Abrous

Cet appareil nouveau, qui a fait une intrusion fulgurante dans la vie de tous les jours, s’est vite imposé pour réguler la moindre activité.

Riche d’une civilisation de plus de 5 000 ans, d’un alphabet qui lui est propre, la Corée a été jusqu’en 1910 sous le règne de dynasties puis sous diverses occupations : japonaise, mongole, chinoise, française et, enfin, américaine avec la guerre de Corée. Jusqu’à ce qu’arriva un général qui a pris le pouvoir par un coup d’État en 1961. Un certain général, Park Chung-Hee, reconnu comme l’architecte de la Corée moderne.
Autoritaire, il instaure rapidement, avec souvent des méthodes de dictateur, l’autorité de l’État. Il dépoussiéra la bureaucratie jusqu'à la remplacer par un think tank qui a réfléchi l’État et mis en place une stratégie suivie après son départ et qui a porté ses fruits : faire passer la Corée du Moyen-Âge à la modernité, de pays pauvre en puissance économique. Et cela en trente ans. C’est ce que l’on appelle le miracle coréen. Ce petit pays de moins de 100 000 kilomètres carrés, coincé entre deux puissances : la Chine et le Japon, avec en plus un irascible frère ennemi depuis 1945 (Corée du Nord), a privilégié l’industrie automobile, la construction navale comme force de développement et les nouvelles technologies de la communication comme moteur. Elle est aujourd’hui, dans ce dernier segment, au premier rang mondial.

52 millions de téléphones mobiles  pour 50 millions d’habitants
En moins de trois ans, ce petit pays, qui ne possède pas des ressources naturelles à même de le faire sortir de son isolement géographique et d’assurer le bien-être de sa population, a investi dans les ressources humaines, inépuisables quand l’école suit.
Avec à la base une politique d’éducation, une des plus performantes au monde, et une université des plus cotées, la Corée a vite trouvé le chemin du développement. Les résultats de ce miracle coréen sont visibles à travers le monde. Chez nous, il n’y a qu’à voir les marques coréennes des véhicules de tous types, les appareils électroménagers avec des marques labellisées, comme Samsung ou LG. Il y a surtout ce boom dans les communications nouvelles.
En face, le support papier connaît une crise avérée malgré une politique densifiée d’abonnement et plusieurs aides indirectes de l’État. À titre d’exemple, en 1996, sept foyers sur dix étaient abonnés, il ne restait plus que deux sur dix en 2011. Ceci n’empêche pas le pays d’avoir 164 quotidiens dont 11 nationaux, 9 titres spécialisés dans la finance et 6 gratuits. Par contre, la presse hebdomadaire résiste avec 1 098 titres. Dans le domaine de l’audiovisuel, il existe 22 chaînes terrestres publiques, 11 privées, 8 spécialisées. Pour le câble, chaînes payantes, elles sont au nombre de 94.  Le tout servi par 179 providers. Internet est dans tous les foyers et le Smartphone est véritablement la mascotte de tous les Coréens. Il y a 30 millions d’abonnés. Internet, programmes de télé, d’innombrables autres services font que cet appareil occupe plusieurs heures la majeure partie de la population. C’est véritablement le chapelet de nos ancêtres. C’est ce qui explique la baisse continue du journal papier même si Joongang (le matin calme), plus vieux titre, caracole encore avec un tirage de 3,1 millions d’exemplaires. Pour ce secteur, les recettes des ventes ne représentent que 20% alors que la publicité a la part du lion avec 80%.

Une fondation semi-publique
la Fondation coréenne pour la presse apporte des aides indirectes comme la formation des journalistes, la facilitation du courtage et des abonnements.
La propulsion des réseaux sociaux et la démocratisation de la presse digitale montrent déjà que la presse sur support papier a son avenir derrière elle. L’explication, c’est que le secteur des communications nouvelles connaît une expansion vertigineuse.
Actuellement, le sujet de discussion des jeunes est à quand la sortie du dernier Smartphone Galaxie 3 dont les commandes et les réservations battent des records. Pour cela, le temple de ces nouvelles technologies se trouve dans la tour de Samsung qui a réservé deux étages pour aller rêver.

O. A.

 
DIlem
DILEM DU 20 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos