Scroll To Top
FLASH
  • AÏD MOUBARAK
  • La finale de coupe d'Algérie opposera le CR Belouizdad à l'ES Setif
  • 2e demi-finale de la coupe d’Algérie:MC Alger 2-3 ES Sétif (Après prolongations)
  • Les buteurs du match: Aouedj 29',Bedbouda 116' (Mca) Ziti 27', Badrane, 99', Djabou 115'(Ess)
  • Le MCA a terminé le match à 9 après les expulsions de Karaoui et Hachoud. L'ESS a terminé à 10 après l'expulsion de Ziti 105'

Autres / Rétrospective 2015

La Vallée du M’zab a vécu des affrontements meurtriers

Ghardaïa : le calme à l’ombre des baïonnettes

©Yahia/Liberté

Ils resteront sans doute comme les événements qui ont marqué l’année 2015 : les affrontements violents qui ont secoué la vallée du M’zab en juillet dernier et qui avaient fait pas moins de vingt-cinq morts et plusieurs dizaines de blessées. Non seulement les événements ont eu lieu dans une région réputée jadis pour son calme légendaire, lieu de prédilection de touristes étrangers en quête de soleil et d’exotisme durant les années 70 et 80, mais ont été sanglants et dont les stigmates ne s’effaceront pas de sitôt.
Comme en Kabylie en 2001, ces événements ont mis à rude épreuve les services de sécurité et remis sur le tapis des questions inhérentes à la construction de l’État national. Éclatant en décembre 2013, les affrontements entre les deux communautés Ibadites et malékites ont gagné en intensité, au fil des mois, en dépit des efforts et des initiatives d’apaisement engagés par le gouvernement mais aussi par certaines notabilités locales et des partis politiques.
En juillet dernier, ils ont fini par connaître une tournure dramatique même si des pertes humaines avaient été déplorées lors de précédents incidents. En effet, selon des comptes rendus de presse, l’essentiel des victimes ont été tués par balles, par des hommes encagoulés notamment à Guerrara, à 120 km au nord- est de Ghardaia. Cette grave dérive dont à ce jour nul ne connaît les tenants et les aboutissants a contraint la présidence de la République à convoquer d’urgence une réunion consacrée exclusivement à la situation prévalant à Ghardaïa.
Principale décision retenue : le commandant de la 4e région militaire, Chérif Abderazak, qui s’était déjà distingué lors des inondations meurtrières qu’avait connue la région auparavant, est chargé de superviser l'action des services de sécurité et des autorités locales concernées pour le rétablissement et la préservation de l'ordre public à travers la wilaya de Ghardaïa.
À cela s’ajoute l’action de la justice contre les auteurs des violences et d’atteinte aux biens et aux personnes et la mise en branle du programme socio-économique arrêté plus tôt en faveur de la région. Même si les autorités, pour d’évidentes considérations politiques, n y avaient pas fait allusion, il reste que les décisions prises s’apparentaient à l’instauration d’un état d’urgence dans la région.
Résultat des courses : plus d’une trentaine d’arrestations, dont certaines figures connues, et reprise en main musclée de la situation.
Aujourd’hui, le calme semble être revenu et la vie économique, fortement perturbée, reprend laborieusement. Mais la crise est-elle pour autant résolue ? “La crise à Ghardaïa est une des expressions de la crise de l'État national qui, loin de valoriser la spécificité des régions, a sciemment ignoré les formes d'auto-organisation de l'Algérie profonde. Pis encore, la wilaya ou la figure du wali a été et demeure une machine à broyer les institutions locales (...) souvent de façon violente et reste impuissante devant les bouleversements socio-économico-démographiques”, a observé la sociologue Fatma Oussedik. La crise n’est donc pas réductible à une question rituelle, comme tentent de l’accréditer certains, mais renvoie à l’occupation de l’espace, à la politique de la ville, à l’accès au pouvoir local, au développement économique, à la citoyenneté... En un mot, à l’absence de démocratie. Tout un chantier, en somme. La pouvoir l’a-t-il compris ?

K. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER