Mascara : trois morts dans deux accidents de la route distinctsGaza: huit Palestiniens tués lors d'un raid aérien israélien (secours)Libye: combats et incendie sur un site de carburant à Tripoli, le gouvernement impuissantCommerce: 270 infractions pour non-respect de la permanence de l’AïdPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Santé Dimanche, 07 Octobre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

L’enfant et les troubles du comportement à l’école

Par : Aït Kaci Boussad*

Des enfants âgés de 5 à 6 ans ont effectué pour la première fois leur rentrées scolaire. Ces enfants longtemps habitués à jouer, à être dorlotés se retrouvent du jour au lendemain emmenés de force tous les matins à 7h  à l’école pour n’être récupérés que le soir.

D’ailleurs une  image me revient spontanément, c’est la réaction de tous les enfants qui entendent la sonnerie de la recréation ou celle de la fin des cours, ils sont tellement contents qu’ils sortent toujours en courant et en criant comme s’ils retrouvaient leur liberté, une liberté qui leur a été confisquée, et retrouvent aussi leurs parents.
Des parents qui ont osé “abandonner” leurs enfants pour les confier à l’école.
Peut-on expliquer à cet âge à un enfant que les études sont la clé de la réussite et du savoir et que pour cela il doit occuper les bancs de l’école durant des heures, des jours, des mois et même des années.
Chaque fois, je me demande comment ils ont pu réussir à canaliser toute cette énergie, parce que dans une classe il y a toujours un enfant qui désobéit, qui donne des coups, et qui ne tient pas en place, appelé le “turbulent” et à côté de lui, il y a un autre enfant qui obéit, qui ne bouge pas, qui ne parle pas, appelé le “sage”.

Peut-on parler dans ce cas de trouble du comportement pour le premier enfant ou le second ou les deux à la fois ?
Bien sûr que non, les spécialistes appellent le premier un enfant hyper-actif, plein d’énergie et qu’il est impératif de l’orienter et de canaliser toute  sa force et appellent le second un enfant timide et qu’il est impératif aussi de déceler en lui des capacités et de les développer.
Mais aujourd’hui un instituteur peut-il s’occuper de ces cas quand il a une classe surchargée ? Peut-il expliquer ses cours convenablement et peut-il se rappeler tous les noms des élèves et mettre un visage sur chaque nom? La tâche parait ardue voire impossible parce que la surcharge des classes (nombre d’élève élevé) a pris le dessus sur la qualité de l’enseignement. Et c’est là que le rôle des parents devient indispensable.
Fini le temps où la maman s’occupait du déjeuner, dîner et de la propreté de ses bambins et l’école faisait le reste. Fini le temps où les parents constataient que leurs enfants évoluaient, apprenaient des choses qu’eux même ne savaient pas. Fini le temps où les parents n’allaient jamais à l’école de leurs enfants sauf s’ils étaient convoqués.
Fini le temps où les enseignants demandaient à voir la mère de ce petit génie pour la remercier.
Fini le temps où l’enfant rentrait avec un bon point.

D’ailleurs c’est quoi un bon point ?
C’était un état de bien-être et de bonheur que ressentait l’enfant lorsque l’institutrice l’appelait en pleine classe pour le féliciter d’avoir été le bon élève pendant la semaine ou le mois, en lui donnant un petit bout de carton ou était marqué “bon point”.  L’enfant et les parents d’aujourd’hui ne connaîtront jamais cette sensation de bonheur, aujourd’hui les parents doivent accompagner leurs enfants tous les matins en restant des heures dans des embouteillages interminables, ils doivent voir tous les professeurs et sont obligés de recourir aux cours de soutien. Et c’est là que l’idée de créer des écoles privées commence à germer mais est-ce la bonne solution? Avons-nous les moyens de payer des sommes considérables pour chaque enfant ? Pourquoi avons-nous abandonné l’école qui a formé tant de cadres, pour la remplacer par une autre école qui d’emblée est vouée à l’échec.
Ces classes surchargées, ces programmes interminables, ces grèves à tout bout de champ dans cette école vont créer un trouble du comportement de l’enfant avec des comportements durables d’opposition, d’agressivité, de transgression des règles pouvant aboutir avec le temps à des actes de violences graves.
Ces actes de violences sont vécus à l’intérieur et à l’extérieur de l’école, commençant par le refus de porter le tablier, de ramener un livre, d’arriver à l’heure, de ne pas rentrer en classe, de chahuter le professeur et même de fumer pendant la recréation et se terminant par des agressions et des règlements de comptes à l’extérieur de l’école sans oublier un racket qui se voit de jour en jour. Avant les parents étaient rassurés de savoir que leurs enfants étaient en classe car en plus du diplôme qu’ils allaient avoir ils avaient (les parents) un répit. Maintenant, en plus de ces appréhensions et cette peur, ils sont obligés de refaire avec leurs enfants la classe de 6e, du brevet et du baccalauréat.
En conclusion il est impératif de revoir tout cela afin de retrouver l’école d’antan qui a formé des générations d’Algériens qui sont à la tête d’institutions, et qu’il faudra penser qu’ils ne sont pas éternels et doivent être remplacés par ces enfants qui seront les hommes demain.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 30 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos