Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Sports

Le MJS lui a refusé une visite à l’ESTS de Dély-Ibrahim

Blaquart persona non grata en Algérie !

La virée en Algérie de François Blaquart, ancien directeur technique national à la Fédération française de football et consultant indépendant sur la formation des joueurs et des entraîneurs, qui devrait prendre fin aujourd’hui, ne risque pas de se reproduire. Bien que le président de la FAF, Kheireddine Zetchi ambitionnait de recruter François Blaquart comme conseiller technique afin de restructurer la direction technique nationale, il s’avère que la position du ministre de la Jeunesse et des Sports dans ce dossier a obligé la FAF à renoncer à cette collaboration.
En fait, François Blaquart a été déclaré persona non grata en Algérie par les pouvoirs publics en raison de son rôle joué dans l’affaire des quotas au sein de la Fédération française de football. Une position qualifiée par le ministre El-Hadi Ould Ali de “raciste et de condamnable”.  Dès l’arrivée de François Blaquart en Algérie, le MJS s’est empressé de montrer clairement son opposition à la FAF quant à cette visite. Selon une source digne de foi, la visite que devait effectuer Blaquart, lundi, à l’ESTS (École supérieure en sciences et technologies des sports de Dély-Ibrahim), a été annulée suite au refus du MJS qui a rejeté la demande de la FAF.
“Je t’interdis de le recevoir”, a dit texto El-Hadi Ould Ali au directeur de l’ESTS qui s’est évidemment exécuté. Contacté hier par nos soins, un membre du bureau fédéral de la FAF, qui a participé aux réunions avec François Blaquart, a admis que la position du MJS va sans doute amener la FAF à revoir sa décision.
“Il s’agit d’un sujet délicat, mais je peux vous dire tout de suite que François Blaquart ne vas pas collaborer avec la FAF. Nous avons d’ailleurs déjà proposé à Zetchi de prendre contact avec d’autres éminents consultants dans le domaine”, confie ce membre du bureau fédéral sous le couvert de l’anonymat pour des raisons évidentes. Et d’ajouter : “De toute façon, le discours de François Blaquart ne nous a pas convaincus à la FAF. Alors qu’il devait faire un diagnostic et l’état des lieux du football en Algérie, François Blaquart a surtout fait l’éloge de son travail, histoire d’amener la FAF à signer ce contrat pour lequel il est visiblement venu en Algérie.” Il faut noter que ce genre de collaboration est évaluée à 25 000 euros au minimum par mois.


SAMIR LAMARI

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER