Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Sports

Première réunion aujourd’hui du conseil d’administration de l’USMA sous le règne de Serport

Le lourd héritage de Ali Haddad en question

© D. R.

Les  actionnaires  doutent  que Ali Haddad ait véritablement acquis les 94% des actions de la  SSPA en 2010, alors  qu’il  n’avait  versé  que  12 milliards dans le capital de la société sportive, soit pas plus que 30% des actions.

Le conseil d’administration de l’USM Alger tiendra aujourd’hui sa première réunion sous le règne de la société Serport, qui a racheté 93% des actions du club. La réunion se tiendra au siège de Serport à Hydra. Il est attendu à ce titre  que  le  PDG  de  cette s ociété, Achour Djelloul,  soit  présent  à  ce conciliabule aux côtés des autres actionnaires du club et du représentant du club amateur (CSA ).

Les points inscrits à l’ordre du jour concernent la reconfiguration du CA dans la mesure où le club a changé de propriétaire. Serport doit donc désigner et faire approuver les nominations de ses représentants au sein du CA, du secrétaire  général  ainsi  que  le  trésorier. La  question  du  budget  sera également à l’ordre du jour.

Cependant, il   sera  surtout   question  de  l’héritage  de  Ali  Haddad, l’ancien propriétaire du club, qui a laissé l’équipe dans une situation désastreuse avec pas moins de 200 milliards de dettes et de nombreux chantiers inachevés, à l’image du centre de formation et la rénovation du stade de Bologhine. Selon une source digne de foi, nous apprenons à ce titre que des actionnaires ont saisi  le  nouveau  propriétaire  pour  remettre à  l’occasion de la réunion d’aujourd’hui l’ordonnance de la justice qui a entériné l’opération de cession des actions de la famille Haddad au groupe Serport.

Pourquoi ? En fait, selon notre  source, les  actionnaires doutent  que  Ali Haddad ait véritablement acquis les 94% des actions de la SSPA en 2010 alors qu’il n’avait versé que 12 milliards dans le capital de la société sportive, soit pas plus que 30% des actions. Grâce à ses liens privilégiés avec des cercles du pouvoir, Ali Haddad aurait donc racheté l’USMA pour des broutilles alors qu’il aurait dû payer au moins 70 milliards de centimes pour avoir la majorité des actions de la SSPA-USMA.

Autre point qui devrait être également abordé, la convention à signer entre le club amateur et la SSPA. Les règlements de la FAF exigent la remise de cette convention dans le dossier d’engagement du club. Elle doit expliciter le montant que doit payer Serport au CSA pour l’utilisation du logo et des couleurs du club, qui restent la propriété exclusive du club amateur.

Cette convention a fait l’objet d’un contentieux avec le groupe Haddad qui n’a jamais  honoré  ses  engagements vis-à-vis  du  CSA. Cependant, la  Cour suprême a tranché définitivement dans le conflit qui oppose depuis 2012 le CSA à la SSPA-USMA, propriété à l’époque de la famille Haddad.

La justice a en effet donné gain de cause au CSA, présidé par Saïd Allik, qui réclame depuis cette date-là le payement de la somme de  2  milliards de centimes par an, conformément à la convention signée entre les deux parties lors du rachat de l’équipe de football. Avec un effet rétroactif donc, la SSPA-USMA doit verser près de 16 milliards de centimes au CSA. 
 

SAMIR LAMARI 

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER