Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Sports

La FAF doute de la fiabilité du dossier médical envoyé par le club de Naples

Zetchi saisira-t-il la FIFA pour le cas Ghoulam ?

©D. R.

L’absence de Faouzi Ghoulam au stage de l’équipe nationale a semé le doute dans l’esprit des dirigeants de la FAF quant aux véritables motivations de cette défection. Dans un communiqué publié hier sur son site internet, la FAF indique qu’elle “examine le droit d’envoyer un médecin à Naples pour examiner le joueur, comme l’y autorise la réglementation”  et ce “vu que le joueur a joué la veille 87 minutes un match de Série A”. “Convoqué pour le stage, Faouzi Ghoulam ne s’est pas présenté au centre de Sidi Moussa. Son club, le SSC Napoli, a envoyé une correspondance à la Fédération algérienne de football pour l’informer que le joueur souffre d’une fièvre, d’une diarrhée et de vomissements, et que son état de santé ne lui permet pas de voyager afin de venir faire constater sa maladie par le staff médical de la sélection nationale”, souligne le communiqué de la FAF qui confirme les informations publiées hier dans ces mêmes colonnes. Et d’ajouter : “Étant dans l’impossibilité de vérifier les allégations du SSC Napoli, la FAF ne peut que lui laisser le bénéfice du doute en souhaitant à Faouzi Ghoulam un prompt rétablissement.” En clair, la FAF n’est pas convaincue par les raisons invoquées par le club italien. Pourquoi ? Quelques heures plus tard, soit aux environs de 14 heures, le club italien a répondu par un communiqué publié sur son site officiel : “Le joueur Ghoulam ne pourra pas prendre part à la rencontre Cameroun-Algérie, en raison d’une forte fièvre.” En fait, et nous l’écrivions dans ces mêmes colonnes, Ghoulam souhaite depuis la dernière sortie contre la Zambie prendre du recul par rapport aux Verts. Il n’a pas du tout apprécié les critiques du président de la FAF, Kheireddine Zetchi, avec lequel il a eu d’ailleurs une altercation verbale.

La FAF a désormais un problème avec Naples, pas avec Ghoulam
“Si vous n’avez plus besoin de moi, je resterai chez moi”, a t-il répondu sèchement à Zetchi qui, au cours d’une réunion, a critiqué maladroitement le rendement des cadres de l’EN. Ghoulam, connu pour son franc-parler et son caractère bien trempé, n’a pas apprécié également que des cadres comme Slimani, Mahrez et Bentaleb soient écartés des effectifs des Verts. Il a été le premier, apprend-on, à leur témoigner sa solidarité. Du coup, il a décidé de prendre du recul. Est-ce un droit ? Pas du tout, car un joueur international est dans l’obligation de répondre aux sollicitations de son équipe nationale, conformément aux règlements de la FIFA. Dans le chapitre réservé au statut du joueur, il est indiqué clairement que le joueur réfractaire s’expose à diverses sanctions en cas de refus de se rendre disponible pour défendre les couleurs de son pays. Ces sanctions peuvent aller de la simple amende à la pure suspension en club. Le seul motif qu’un joueur peut prétexter, pour ne pas se présenter à une convocation du sélectionneur, c’est la blessure ou la maladie, comme c’est le cas de Ghoulam. La FAF a donc le droit de vérifier les allégations du club napolitain, et si le médecin de la fédération n’est pas convaincu, la FAF peut demander à ce que le dossier Ghoulam soit traité au sein de la commission de discipline de la FIFA. Elle peut à ce titre invoquer l’attitude complice de son club, coupable le cas échéant d’avoir refusé de libérer Ghoulam sous le couvert de la maladie. La FAF le fera-t-elle ? Attendons pour voir !

SAMIR LAMARI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER