Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Supplément Économique Mercredi, 05 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

la problématique de l’enseignement toujours posée

La réforme de l’école reste à faire

Par : K. Remouche

L’école privée en Algérie connaît un développement assez conséquent : près de 100 établissements ouverts en sept ans. Mais ses effectifs restent assez maigres : même pas 1% de la population scolarisée dans le secteur public. L’école publique reste ainsi prédominante. Question de pouvoir d’achat : l’école privée reste inaccessible à la majorité des Algériens au regard du niveau des frais de scolarité. Pourtant, en raison des conditions de scolarité meilleures, la réussite scolaire penche davantage du côté de l’école privée surtout dans le primaire et dans le moyen. Au baccalauréat, dans le public ou le privé, les résultats restent en deçà des attentes.
Ainsi, le niveau d’investissement des parents pour de meilleures performances scolaires des enfants marque ainsi une nette césure entre une population aisée, instruite, et les catégories sociales défavorisées. Elle fabrique une Algérie à deux vitesses dont les répercussions sur le plan social risquent de se refléter dans la hausse de la criminalité, la quête de l’exil à tout prix.
S’il n’est pas possible que tous nos enfants deviennent ingénieurs, médecins ou informaticiens, en revanche, doter chaque élève du minimum de connaissances lui permettant de s’insérer facilement dans le monde professionnel, de devenir un citoyen utile à son pays est à notre portée. Encore faut-il que l’école publique joue ce rôle au lieu de participer à la montée du chômage des jeunes et des antagonismes sociaux.
Dans le contexte actuel marqué en Algérie par une grave crise morale et une gouvernance du pays jusqu’à présent déficiente, certaines écoles privées préparent, à des prix assez élevés via des institutions étrangères, les élèves algériens au bac français. En fait, elles répondent à un besoin de certains parents très soucieux de placer leurs enfants dès le bac dans des universités européennes. Cette situation reflète un déficit de confiance à l’égard de nos gouvernants et une vision pessimiste sur l’évolution de la  qualité de l’enseignement dans le pays. En tout état de cause, malgré ses multiples insuffisances, l’école privée reste une alternative, certes coûteuse, à la médiocrité de l’enseignement dans certains établissements publics. Bien qu’elle   puisse représenter un potentiel d’amélioration des contenus pédagogiques dans le système éducatif algérien et une source de réponse aux déperditions scolaires, son essor est freiné par des problèmes d’accès au foncier, de financement et de bureaucratie. Enfin, une synergie entre public et privé contribuerait à une plus grande efficacité de notre système d’enseignement. Mais le vrai enjeu reste l’efficacité de l’enseignement public, au regard de sa position qui restera encore dominante pendant encore de nombreuses années. Les lourds investissements financiers consentis par l’État ne se sont pas encore traduits par des performances scolaires à la hauteur de cet énorme effort. La réforme de l’école reste toujours à faire, tant dans les contenus pédagogiques, le système d’orientation des élèves, la formation et le recyclage des enseignants, la qualité de l’évaluation des enseignements, la gestion des établissements. Un véritable benchmarking avec les systèmes éducatifs performants s’impose si on veut trouver alors les remèdes à une plus grande efficience de l’enseignement en Algérie. C’est là où se construisent les bases de notre développement économique durable. L’école privée, libérée de par ses atouts évoqués plus haut, pourrait contribuer, dans ce sillage, à l’émergence d’une population de cadres compétents, honnêtes, à fort potentiel, au profit de l’expansion de l’économie nationale.  Encore faut-il que l’État puisse sérieusement l’encadrer de manière à empêcher ses dérives. Et elles sont patentes dans certains de ses établissements.

 

 

Commentaires 

 
#4 Il était une fois 06-09-2012 04:54
Avant il y avait une seule éocle pour tout le monde et elle était de qualité. En voulant la réformer, on l'a tout simplement "déformée". L'arabisation a été le coup de grace. Une autre réforme ? Pourquoi faire ? Un peuple ignorant est plus facile a manipuler, plus facile a mener par le bout du nez. Un peuple qui ne connait pas ses droits, ne peut pas les défendre. Un peuple qui ne sait pas, ne peut rien exiger. L'école voulue par nos dirigeants sert a nos enfant du religieux comme plat de résistance et les habitue ainsi a ce fatalisme qui se résume a ces quelques mots "c'est le mektoub". Autrement dit, pourquoi vouloir changer les choses, ne serait-il pas plus raisonnable de se soumettre, de tout accepter ? Y compris les injustices, la discrimination, les dépassements, etc...
 
 
#3 Sifax 05-09-2012 20:59
Le premier mal de l'école alégérienne c'est l'idéologie incarnée par l'arabisation des sciences et l'endoctrinement (wahabisme) dénoncée par tant d'intellectuels même au sein du pouvoir à l'instar Feu Mustapha Lacheraf ou Rédha Malek

Aujourd'hui l'université algérienne ne figue même pas au niveau des universtés africaines n'en parlons des 500 premières mondiales....nous sommes en bas de la tunisie, de la cote d'ivoire, du cameroun, du sénégal....cest tout dire
 
 
#2 kais 05-09-2012 16:03
ils ont importé la mathode canadien puis la methode suedoise , pour enfin finir chez jules ferry avec une préparation au bac francais.
 
 
#1 clairdelune 05-09-2012 15:57
L'école républicaine est-elle de plus en plus inégalitaire? Crée-t-elle des inégalités sociales et une vulnérabilité au niveau de l'échec? L'école casse-t-elle nos enfants? Quels que soient leur formation et leur professionnalis me,pourquoi les enseignants sont-ils traités comme des ouvriers d'usine dont la fonction est d'appliquer le programme tel qu'il leur a été ordonné de le faire? Le font-ils souvent de manière isolée,sans aucune aide ou presque,avec une formation quasi inexistante aux méthodes vraiment employées sur le terrain de l'excellence? Comment faire pour sauver l'école comme principal moteur de la croissance?Autant de questions pour peu de réponses...Par une réforme urgente et profonde,l'école doit permettre l'épanouissement; elle doit être le lieu où se révèlent les potentiels,où chacun trouve sa voie.Une société de la connaissance offre à chacun une scolarité en écoles maternelle et primaire qui va lui permettre de maîtriser les bases fondamentales des apprentissages.
 
DIlem
DILEM DU 23 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos