Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Supplément Économique Mercredi, 05 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

la problématique de l’enseignement toujours posée

La réforme de l’école reste à faire

Par : K. Remouche

L’école privée en Algérie connaît un développement assez conséquent : près de 100 établissements ouverts en sept ans. Mais ses effectifs restent assez maigres : même pas 1% de la population scolarisée dans le secteur public. L’école publique reste ainsi prédominante. Question de pouvoir d’achat : l’école privée reste inaccessible à la majorité des Algériens au regard du niveau des frais de scolarité. Pourtant, en raison des conditions de scolarité meilleures, la réussite scolaire penche davantage du côté de l’école privée surtout dans le primaire et dans le moyen. Au baccalauréat, dans le public ou le privé, les résultats restent en deçà des attentes.
Ainsi, le niveau d’investissement des parents pour de meilleures performances scolaires des enfants marque ainsi une nette césure entre une population aisée, instruite, et les catégories sociales défavorisées. Elle fabrique une Algérie à deux vitesses dont les répercussions sur le plan social risquent de se refléter dans la hausse de la criminalité, la quête de l’exil à tout prix.
S’il n’est pas possible que tous nos enfants deviennent ingénieurs, médecins ou informaticiens, en revanche, doter chaque élève du minimum de connaissances lui permettant de s’insérer facilement dans le monde professionnel, de devenir un citoyen utile à son pays est à notre portée. Encore faut-il que l’école publique joue ce rôle au lieu de participer à la montée du chômage des jeunes et des antagonismes sociaux.
Dans le contexte actuel marqué en Algérie par une grave crise morale et une gouvernance du pays jusqu’à présent déficiente, certaines écoles privées préparent, à des prix assez élevés via des institutions étrangères, les élèves algériens au bac français. En fait, elles répondent à un besoin de certains parents très soucieux de placer leurs enfants dès le bac dans des universités européennes. Cette situation reflète un déficit de confiance à l’égard de nos gouvernants et une vision pessimiste sur l’évolution de la  qualité de l’enseignement dans le pays. En tout état de cause, malgré ses multiples insuffisances, l’école privée reste une alternative, certes coûteuse, à la médiocrité de l’enseignement dans certains établissements publics. Bien qu’elle   puisse représenter un potentiel d’amélioration des contenus pédagogiques dans le système éducatif algérien et une source de réponse aux déperditions scolaires, son essor est freiné par des problèmes d’accès au foncier, de financement et de bureaucratie. Enfin, une synergie entre public et privé contribuerait à une plus grande efficacité de notre système d’enseignement. Mais le vrai enjeu reste l’efficacité de l’enseignement public, au regard de sa position qui restera encore dominante pendant encore de nombreuses années. Les lourds investissements financiers consentis par l’État ne se sont pas encore traduits par des performances scolaires à la hauteur de cet énorme effort. La réforme de l’école reste toujours à faire, tant dans les contenus pédagogiques, le système d’orientation des élèves, la formation et le recyclage des enseignants, la qualité de l’évaluation des enseignements, la gestion des établissements. Un véritable benchmarking avec les systèmes éducatifs performants s’impose si on veut trouver alors les remèdes à une plus grande efficience de l’enseignement en Algérie. C’est là où se construisent les bases de notre développement économique durable. L’école privée, libérée de par ses atouts évoqués plus haut, pourrait contribuer, dans ce sillage, à l’émergence d’une population de cadres compétents, honnêtes, à fort potentiel, au profit de l’expansion de l’économie nationale.  Encore faut-il que l’État puisse sérieusement l’encadrer de manière à empêcher ses dérives. Et elles sont patentes dans certains de ses établissements.

 

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 28 AOUT 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos