Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Supplément Économique Mercredi, 05 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Elles ont sept ans d’existence

Les écoles privées toujours attrayantes

Par : Said SMATI

Selon des parents, les conditions de scolarité font la différence

L’expérience des écoles privées en Algérie est relativement récente, mais le démarrage n’a pas été mauvais. Certes, depuis l’alignement des programmes, certains parents qui avaient opté pour l’école privée, rejoignent l’école publique.
N’empêche que les écoles privées n'ont pas perdu l'une des principales raisons de leur attrait.  Beaucoup de parents continuent à envoyer leurs enfants dans ces établissements privés pour les avantages qu’ils leur offrent : nombre d’élèves réduit dans les classes, encadrement pointilleux, demi-pensionnat, transport, même si toutes ces commodités ont un prix et pas toujours à la portée de toutes les bourses. “Pour moi l’école privée peut aider à améliorer le niveau scolaire des enfants étant donné que le nombre d’élèves est limité”, explique un parent d’élève d’une école privée de Dar-El-Beida. Il ajoute qu’un “responsable d’une école privée peut choisir ses enseignants en fonction de leur compétence”. Pour Sabrine, mère d’un garçon de la même école, “les conditions d’enseignement ne sont pas les mêmes, les écoles privées offrent plus de commodités, il y a moins d’élèves et plus d’exigences de la part des parents qui payent cher la scolarisation de leurs enfants”.  La deuxième raison qui la pousse à opter pour une école privée est le fait que dans cette école, “je suis tranquille. L'enfant est à la cantine et je suis sûre qu'il est en sécurité et qu'il a pris un repas équilibré”, ajoute cette mère.                                                                                                
Selon Abdelkrim qui a enseigné de longues années dans le privé, la matière éducative reçue par les inscrits dans les établissements privés est la même que celle de leurs camarades du secteur public. Pour lui, la principale différence, c’est les conditions de travail mises à la disposition des élèves. En effet, l’enseignant en charge d’une classe d’environ 15 élèves, parvient à mieux maîtriser et s’occuper de chaque cas à part. D’ailleurs, beaucoup de parents sont séduits par cet aspect, ce qui est impossible dans le secteur étatique. Outre ce suivi particulier, les écoles privées ont une autre valeur ajoutée, à savoir, les matières optionnelles.                                                                                                                                                      Pour des bourses aux ressources limitées, l’école publique présente l’avantage de revenir à un coup relativement bas. Mais l’anarchie qui caractérise l’année scolaire dans certains établissements publics, chaque année, a poussé un grand nombre de parents, n’ayant pourtant pas de confortables revenus, à recourir aux établissements d’enseignement privé.
Cette cherté n’a pas empêché ces parents d’y inscrire leurs enfants, car selon eux, “le niveau d’enseignement et d’apprentissage dans ces établissements privés est nettement supérieur à celui des établissements publics, qui souffrent notamment de la surcharge des classes”. Certains parents font un effort considérable pour pouvoir payer l’enseignement de leurs enfants dans des conditions qu’ils jugent nécessaires. En moyenne, la scolarisation d’un enfant au primaire coûte entre
10 000 et 12 000 DA le mois, 14 000 à 16 000 DA pour le collège et environ 20 000 DA pour le lycée.
Compte-tenu de ses chiffres, la plupart des citoyens considèrent que les écoles privées sont destinées à accueillir les enfants dont les parents ont un bon revenu. “Les écoles privées sont bien, mais elles sont surtout réservées aux riches. Nos enfants, eux, ne peuvent aller que dans le secteur public”, commente  un ouvrier, père de trois enfants.

 

S. S.

 

Commentaires 

 
#1 mouna 29-04-2014 22:01
vous rêvez moi es enfant sont dans une écolé privé a darelbeida moi je refait les cours et l enseignante entand de la musique en classe et eux font sont livrés en eux meme pas de contrôle
c est pas le luxe c est pur commerce
 
DIlem
DILEM DU 23 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos