Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Supplément Économique Mercredi, 28 Septembre 2011 10:48 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Tripartite

Quel salaire pour les Algériens ?

Par :

Des millions de travailleurs et de retraités attendent avec impatience la réunion de la prochaine tripartite, considérée comme l'événement majeur de la rentrée, qui se tiendra à la fin de ce mois à Alger. Conscient des énormes difficultés que rencontrent de plus en plus les travailleurs, en particulier les smicards, le secrétaire général de l'UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, avait annoncé la couleur en déclarant récemment : “La prochaine réunion de la tripartite sera l'occasion de promouvoir et de défendre le pouvoir d'achat des travailleurs, d'augmenter le salaire national minimum garanti et de prospecter les voies et moyens de développer les entreprises économiques pour les aider à créer des emplois.” L’UGTA, seul syndicat invité à la tripartite du 29 septembre, plaidera donc pour la hausse des salaires. Pour ce faire, la centrale syndicale réclame la baisse de l’impôt (IRG), la hausse du salaire minimum garanti (SNMG) et la redéfinition de l’article 87 bis. Dans les couloirs de la centrale syndicale, on estime que les salariés paient beaucoup d’impôts. Ils payent jusqu’à 35% du salaire brut au titre de l’IRG. Deuxième point qui pénalise les salariés : l’article 87 bis de la loi de 1990 relative aux relations de travail, modifiée en 1997. L’UGTA réclame, depuis 2005, la suppression de cet article pour permettre aux salariés de mieux bénéficier des hausses du SNMG. Evitant de faire dans les prévisions quant à l’augmentation du SNMG, les responsables de l’UGTA rencontrés n’avancent aucun chiffre, mais préfèrent parler d’“amélioration du pouvoir d’achat”.  Il faut signaler que des augmentations de salaire ont été opérées dans beaucoup de secteurs relevant du secteur public, mais aussi du secteur économique, grâce à la signature des conventions de branches. Des augmentations qui ont, sur le coup, ravi leurs récipiendaires qui pensaient ainsi améliorer leur pouvoir d’achat. Ils ont pourtant vite déchanté devant la hausse vertigineuse des prix des produits aussi bien alimentaires que vestimentaires. Selon Meziane Meriane, secrétaire général du Snapest, “toutes les augmentations qui ont été enregistrées par le secteur de l'éducation nationale sont absorbées à 80% par l'inflation du marché”.

 

Commentaires

 
#1 citoyen40 22-11-2011 10:18
Je suis retraité,je n'ai pas le droit au travail ,j'ai des enfants à charge ,je paye plus d'impôts qu'un commerçant et parfois plus qu'un entrepreneur dont le souci est souvent de voler le fisc et les enfants de monsieur roulent en 4-4 avec du mazout subventionné avec l'argent des contribuables honnêtes.Est-ce que c'est normal?J'ai oublié papa fait parti des notables de la ville ,Monsieur le Wali demande souvent son avis pour des décisions importantes concernant la région.
 
DIlem
DILEM DU 01ier OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos