Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Économie / A la une Éco

En décodé…

Pari sur l’avenir !


Les services du ministère de l’Industrie travaillent à l’élaboration d’un document d’orientation, d’un cahier des charges présentant le joli visage que devrait avoir la future industrie automobile. Ils promettent de défaire le carcan des vieilles habitudes dans cette filière pour faire place à quelque chose de neuf et de mieux ! Le document, inspiré, dit-on, des meilleures pratiques ayant cours dans le secteur automobile, devrait mettre l’accent sur l’intégration industrielle, en privilégiant le recours à la sous-traitance locale – un domaine où des progrès ont été faits ou devraient être faits –, éventuellement en suscitant la création de nouveaux sous-traitants, ce qui contribuera aussi aux retombées économiques pour le pays.

Il faut donc compter avec les sous-traitants, quand bien même ceux-ci ne seraient pas visibles. Normal, ils ont été trop souvent ignorés par les donneurs d’ordre. Autrement dit, le ministère de tutelle veut redessiner les lignes directrices d’une industrie axée sur la qualité et le contenu local et non pas sur la multiplicité des chaînes de construction automobile. Ce qu’il faut donc, ce n’est pas tant qu’un plus grand nombre de constructeurs s’installe dans le pays, mais que ceux qui souhaitent créer des usines doivent faire les choses comme ils les ont toujours faites dans leur pays d’origine, avec des prix qui soient en proportion avec la qualité attendue par le consommateur. Celui-ci était mal servi par les constructeurs, dans une branche où l’anarchie et le désordre régnaient en maîtres, il n’aime certainement pas les choses faites à moitié et n’a surtout pas envie d’acheter un véhicule à un prix excessivement élevé et qui, peut-être, lui coûtera cher en entretien.

Nous devons avouer que cela semble bien beau sur le papier, mais cela fonctionnera-t-il ? Pour certains experts, l’investissement dans une industrie automobile à créer ex nihilo ne peut constituer un pari sur l’avenir à long terme, sans un apport substantiel de flux d’investissements en direction d’autres secteurs en dehors des hydrocarbures, l’industrie automobile ne pouvant fonctionner en autarcie.

Celle-ci devrait être ainsi développée en synergie avec un large éventail de domaines dont font partie la sous-traitance, la formation, l’innovation technologique, la recherche de qualité, entre autres, dans un but de complémentarité et de collaboration, le tout dans un climat des affaires propice à l’investissement et dans une économie tournée vers l’exportation, vers l’avenir, et fondée sur la connaissance. Et c’est bien en cela que réside sa grande difficulté !
 

Par Youcef Salami


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER