Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualités

#LibertéVENDREDI

Une jeunesse algérienne autodestructrice

© D.R.

Le future de notre pays dépend de la génération Y, sachant qu'elle représente  plus de 55% de la population algérienne dont le tiers n'exerce aucune formation ou  activité professionnelle. Des jeunes sans avenir, cherchant toujours des excuses afin de fuir leurs responsabilités tout en  se comportant avec pure  puérilisme. Pas très rassurant pour l'Algérie !

La majorité des jeunes Algériens sont atteint du syndrome Calimero, leurs petites contrariétés du quotidien deviennent un prétexte pour se lamenter, ignorant qu’ils ne récolteront que ce qu’ils ont semé. Ils accusent  l’état, leurs familles  ou même parfois l’école, de la vie déplorable qu'ils mènent. Les  objectifs du jeune algérien sont similaires a celui du Neandertal à savoir manger, se loger  et se reproduire, espérant atteindre le sommet de la montagne par sa pensée sans effort, sans souffrance, quel rêveur ! Depuis une place publique ou une cafétéria il se fond dans la peau d'un sociologue scrutant ainsi   les moindres faits et gestes des  autres, un passe temps très instructif. Ces jeunes considérés comme les principaux  acteurs du développement économique et social, sont plutôt  les spectateurs inconscients et parfois défoncés  du théâtre  de notre pays.

Ce portrait si désolant du jeune algérien est en réalité le résultat de plusieurs facteurs dont l'environnement social de la crise économique et idéologique. Ils sont pessimistes à l'égard de leur future en Algérie mais optimistes à un future à l'étranger, paralysés par leur manque de confiance, pour  preuve : 70 % des étudiants  pensent que leurs formations universitaires ne leurs permettent pas d'affronter la vie professionnelle.
 
Pourtant, si la jeunesse avait une devise, ce serait « carpe diem » : « vivre heureux au jour le jour, et on verra bien demain ». Alors : Oh damnés de l'Algérie, il est temps de renaitre de vos cendres, reconnaissez vos torts. Il est de votre responsabilité de construire un avenir glorieux pour vous ainsi que pour votre pays. Démarquez-vous de la génération du troisième âge et brillez par votre jeunesse.

Doria ADMAN

                                 Partenariat Réd-DIG-"Liberté"(#RDL)/NOMAD (EPAU)                                               
 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER