Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actu-Alger

Son inauguration est prévue à la fin juin

Aménagement d’une zone de transport à Tafourah

Ce projet regroupe deux gares routières communicantes qui permettront d’accueillir 220 000 voyageurs/jour et une moyenne de 700 bus/jour. ©D. R.

Cette zone, qui regroupera deux gares routières communicantes, viendra en fait fluidifier la circulation des autocars vers l’ouest ou l’est de la capitale, à partir du port d’Alger.

En attendant que la direction des transports élabore un nouveau plan de circulation pour Alger-Centre, un programme d’amélioration de la circulation et de stationnement des bus de voyageurs est mis en branle. Ce programme lancé par l’établissement de gestion de la circulation et du transport urbain consiste en l’aménagement des gares routières de Tafourah et du 2-Mai. Le chantier en question, chapeauté par le directeur général de l’EGCTU, M. Saïdani, permettra de créer carrément une nouvelle zone de transport urbain et suburbain au cœur de la capitale. Cette zone permettra de fluidifier la circulation des autocars vers l’ouest ou l’est de la capitale, à partir du port d’Alger. Il s’agit en fait d’un emplacement qui regroupe deux gares routières communicantes. La première station urbaine accueillera les voyageurs venant de l’est et la seconde ceux venant de l’ouest d’Alger. La station urbaine de Tafourah abritant les bus allant à l’ouest d’Alger sera aménagée au niveau du parking de la rue Jawaharlal-Nehru (ex-Béziers). Cette nouvelle gare sera installée parallèlement à la station existante déjà et réservée uniquement aux autocars assurant les lignes de transport de l’est d’Alger. Ces travaux d’aménagement s’inscrivent dans le grand programme d’aménagement de la capitale et sont financés sur le budget de la wilaya d’Alger. Ce projet qui sera livré en juin prochain mettra fin à l’anarchie qui a toujours caractérisée le secteur du transport urbain et suburbain. Le directeur général de l’EGCTU, M. Saïdani, nous précisera que cette zone devra participer à l’amélioration des conditions de voyage des citoyens. Le promoteur du projet estimera qu’au-delà de la réorganisation du transport, cette nouvelle station scindée en deux gares contribuera à la fluidité de la circulation du côté du port, réputé pour ses bouchons interminables, de ou vers la route de l’ALN (ex-Moutonnière). En un mot, ces deux gares contribueront à atténuer, un tant soit peu, l’encombrement qui congestionne, tout au long de la journée, cette partie sensible de la capitale. La capacité d’accueil de la station est, dira-t-il, de 220 000 voyageurs/jour. Ces deux gares accueilleront une moyenne de 700 bus/jour. Cette nouvelle organisation des départs et des arrivées de bus mettra fin à la corvée des voyageurs venant de l’est désirant partir à l’ouest d’Alger, puisque le voyageur devait faire une trotte de près de 1 km pour prendre le bus allant vers Bou Ismaïl. Les deux nouvelles gares seront parallèles et reliées par un pont qui s’étend sur 100 m. En matière d’équipement, les promoteurs du projet se lancent le défi de mettre cette zone au diapason de ce qui se fait dans les grandes métropoles du monde. Ces deux gares seront dotées, précisera-t-il, d’un système automatique de fonctionnement. L’accès des bus sera automatique. Des équipements nécessaires au bon fonctionnement sont également en voie de réalisation, des abribus, les toilettes publiques, les snacks, une salle de prière... Les usagers de “ces stations n’auront plus à se plaindre des conditions d’attente dans cette zone de transport. Nous avons conçu ce dont a besoin le simple voyageur dans une gare”, soulignera M. Saïdani. Il faut ajouter qu’Alger compte pas moins de 20 stations urbaines. D’autre part, l’EGCTU gère également 16 parkings dont la capacité d’accueil est de 8000 places. Ces parkings sont ouverts notamment dans les grands centres urbains et dans la zone d’affaires de Bab Ezzouar. Cinq nouveaux parkings sont en cours de réalisation à Sidi Yahia, Châteauneuf, Hydra et à El-Madania. Leur capacité sera de l’ordre de 4200 places. “Après l’informatisation de l’accès, les parkings sont gérés par des femmes caissières formées par l’EGCTU. à titre de deuxième étape, ces parkings seront dotés de système de paiement automatique et un nouveau système intelligent de paiement”, indiquera M. Saïdani, qui rappellera que l’EGCTU s’occupe également, outre la gestion des fourrières, de la gestion de la circulation automobile.

H. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER