Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actu-Alger

La direction du tourisme interpellée

De pseudo-guides rôdent à La Casbah

La Casbah peut s’épanouir de l’apport du tourisme. © D.R.

Le staff de la direction du tourisme de la wilaya d’Alger devra, à l’avenir, être partie prenante dans les préparatifs de ces visites occasionnelles arrangées à l’emporte-pièce.

De nos jours, n’importe qui s’improvise sur le champ et au pied levé “guide” de touristes à La Casbah ! S’il en est une preuve, celle-ci est à repérer vite fait dans ces colonnes de touristes épandus ça et là et qui sillonnent les dédales de venelles de la séculaire médina. À telle enseigne que les Casbadjis ne savent plus à quel guide ouvrir leur “bab-eddar”, eux, qui d’habitude sont tout près des touristes. Ce qui n’est pas du goût de Belkacem Babaci, le président de la Fondation Casbah qui s’insurge ainsi contre ces auto-proclamés “accompagnateurs” qui jettent ainsi l’opprobre sur le label de la destination Casbah, eu égard à l’inculture de ces “risque-tout”, voire des aventuriers du… tourisme : “La profession de guide est réglementée par la direction du tourisme de la wilaya d’Alger. À ce titre, le candidat au métier de guide de La Casbah, du Grand-Alger ou de toute autre contrée de l’Algérie profonde doit satisfaire d’abord à une formation auprès de l’Institut supérieur du tourisme, qui lui donne ainsi droit à une carte professionnelle où à défaut, un badge pour qu’il soit identifié par les services de sécurité. D’où le souci d’interpeller le staff de la direction du tourisme de la wilaya d’Alger pour qu’il soit à l’avenir partie prenante dans les préparatifs de ces visites occasionnelles arrangées à l’emporte-pièce. Mais rien n’y fit du fait que nos multiples écrits à caractère pédagogique et alarmant sont restés lettre morte. D’autant que le métier de guide se doit d’être entouré de mesures de précautions, voire sécuritaires, et il importe à la DGSN de veiller à leur stricte application. D’où l’impératif de mettre d’ores et déjà le holà du fait qu’en plus d’éventuels réseaux dormants, les résidus de la bête immonde de sinistre mémoire sont toujours là. En ce sens, il y a l’impératif d’esquisser des itinéraires et d’éviter surtout l’avenue Ali Amar, dit Ali la Pointe (ex-Randon) ou Djamâa-Lihoud, où rodent des malfrats qui vivent d’expédients d’appareils de téléphones portables et de caméras. Pour, l’exemple, et tout récemment, un ressortissant italien a été entraîné dans la pénombre d’une cage d’escalier, où il a été délesté de toutes ses affaires. Et, durant tout le temps où le malheureux se faisait molester, le pseudo-guide n’avait rien pu faire n’était l’élan solidaire de notre réseau, fort de 25 comités de quartier, qui a pourvu ce malheureux en effets vestimentaires”. C’est dire que La Casbah peut s’épanouir de l’apport du tourisme, comme au temps où des bus de tour-opérateurs nationaux déversaient des “grappes” entières de touristes à Bab Edjedid. Pris en charge par des professionnels, les touristes étaient impatients de battre le pavé de La Casbah et d’arpenter l’étroitesse des z’niquat de la vieille médina qu’ils avaient vu dans le film Pépé le Moko de Julien Duvivier (1937) avec Jean Gabin, a-t-on su de notre interlocuteur : “D’ailleurs, à sa descente d’avion à l’aéroport Houari-Boumediene d’Alger, le touriste étranger n’a qu’un circuit en tête : aller sur l’itinéraire d’une visite à La Casbah comme le lui avait recommandé Camille Saint-Saëns, cet Algérien qui savourait à La Casbah une touchia zidane du répertoire musical andalou en 1873 et Guy de Maupassant qui écrivait : “Féerie inespérée et qui ravit l’esprit, Alger a dépassé mes attentes. Qu’elle est jolie la ville de neige sous l’éblouissante lumière !... On regarde extasié cette cascade éclatante de maisons dégringolant les unes sur les autres du haut de la montagne jusqu’à la mer. On dirait une écume de torrent, une écume d’une blancheur folle, et de place en place comme un bouillonnement plus gros, une mosquée éclatante luit sous le soleil”, a ajouté notre interlocuteur qui déplore l’ignorance d’une nuée d’intrigants de la chose culturelle, lesquels flairant la belle affaire, écument depuis le secteur du… tourisme et  font honte à La Casbah. “Sachez que la princesse N’fissa, la sœur de Fatma, fut présentée comme une résistante de la zone historique autonome d’Alger, et lorsque l’un des touristes, pertinent, eut rectifié qu’il s’agissait en réalité des deux princesses, filles de Hassan Pacha, cela a suffi à soulever l’ire du guide qui a affublé le touriste de tous les noms d’oiseaux”, a tenu à préciser notre interlocuteur. Au demeurant, la faisabilité de la chose est à portée de main, pour peu qu’il y ait le retour des artisans, entre autres les dinandiers ainsi qu’une chaîne de cafés à l’ancienne, où il était loisible au visiteur de déguster un thé à la menthe comme cela se fait actuellement dans les médinas de la région du Maghreb. À cela, s’ajoute aussi l’impérieuse question d’avoir une pensée pour les touristes du troisième âge qui souffrent d’incontinence urinaire, étant donné l’absence criante de vespasiennes dans la médina. D’où le recours à des âmes charitables et compréhensives qui accèdent à la demande de ces incontinents à se satisfaire dans les douerate, a conclu notre interlocuteur. 
 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER