Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actu-Alger

Bidonville de Qariat Echouk

Des exclusions et des interrogations

Bouafia Ali occupe une baraque à Qariat Echouk depuis des années, et il espérait obtenir la clef d’un logement neuf. C’est qu’il avait plus d’un atout en main, le sieur Bouafia Ali, qui s’enorgueillissait d’une quittance d’électricité, une redevance de concession d’eau et une carte électorale qui prouve si besoin, qu’il était bon électeur, à un moment où Qariat Echouk était ce vivier de voix. Du reste, Bouafia Ali croyait dur comme fer qu’il allait enfin s’extirper de ce bourbier, et offrir une vie décente à ses deux enfants qui vont en classe à l’école Meslem-Messaoud du bourg de Semmar. C’est dire qu’il était convaincu qu’il allait se sortir de cet “enfer des damnés”, après qu’il ait été recensé plusieurs fois  et au mois de février de l’année en cours, où il avait subi l’examen du contrôle physique effectué d’une façon nominative, comme à l’école, où chacun des membres de sa famille devait répondre présent !». Et, pour clore le tout, le numéro II O8 fut apposé à la porte de sa hutte. C’est dire que plus rien ne s’opposait au déménagement de Bouafia Ali, vers une demeure décente. Seulement, et au lieu d’une demeure, Bouafia Ali est demeuré en rade de l’opération de relogement en ce samedi 23 juillet. Oui ! Il était écrit que Bouafia Ali n’ira nulle part et qu’il doit demeurer à Qariat Echouk, au motif qu’il est exclu à cause des langues malveillantes qui alléguaient que Bouafia Ali n’était pas dans le besoin. Et depuis, Bouafia Ali n’a eu de cesse de battre le pavé de l’esplanade contiguë au siège de la wilaya déléguée à la circonscription administrative de Bir Mourad Raïs pour connaître le motif de son exclusion : “Ils m’ont demandé d’introduire un recours écrit, accompagné d’une pile de documents et d’attendre…. En attendant, nous n’avons pas où aller, du fait que ma baraque a été démolie et ma famille ainsi que nos affaires traînent dehors», nous a-t-il dit. Donc et d’ici qu’il y aura un happy end pour Bouafia Ali, osons une question à brûle-pourpoint : Est-ce donc si aisé de construire une baraque et d’obtenir avec une telle facilité, les quittances de Sonelgaz, Seaal et tutti quanti? La question ne se pose pas, car il y a de l’eau dans le gaz !  

N. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER