Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actu-Alger

Librairie Chaïb-Dzaïr

Hommage à “El-Meqnine Ezzine”

Jamais de mémoire de mélomane un hommage n’a drainé autant de monde au cœur de la librairie Chaïb-Dzaïr qu’en cet après-midi du 24 décembre dernier. En effet, en plus de Rezki Bentayeb qui était son compagnon de tous les jours à la rampe Louni-Arezki (ex-Rampe Valée), il y avait également ses fans du tout Alger et de l’Algérie profonde qui s’étaient agglutinés autour de Fethani Nourredine qui contait la biographie et l’itinéraire artistique du barde Amar Aït Zaï dit Ezzahi (1941-2016). Du reste, l’orateur a levé le “linceul” sur ce qui s’était colporté ici et là, sur l’homme qui s’était emmailloté de mystère et auréolé d’une illustre aura qu’il n’aimait pas, a-t-on su du conférencier. Pour Ouled El-Houma, l’image d’Âamimar restera burinée au cœur ! “Mais c’est parce qu’il avait toujours eu le cœur sur la main !” qu’il disait ce musicien, en l’occurrence âami Abdelkader Kribi qu’il côtoyait sous les feux des guirlandes lors des cérémonies familiales sur les s’tah (terrasses) de douirat de la Casbah. Au demeurant, les Ouled El-Houma lui ont rendu la “pareille” lors de ses funérailles pharaoniques qui défrayèrent la chronique d’ici et d’ailleurs. Mieux et fier de sa belle âme, “El-Meqnine Ezzine” n’a eu de cesse de grimper dans l’estime de son fan club populaire lorsqu’il réfuta d’un revers de main l’aide pécuniaire de l’État qu’il ne désirait pas. Ni d’ailleurs l’offre d’un pèlerinage aux lieux saints de l’Islam et l’aide pour des soins à l’étranger qu’il déclina poliment. Et de là à dire qu’il vivait dans le dénuement, ses fans rétorquent qu’“Amar Ezzahi n’était pas cupide pour un sou. Et lorsqu’il en avait, il en faisait don à l’anonyme homme de quartier ou de la rue”. En ce sens, “El-Meqnine Ezzine” achetait les chardonnerets qu’il libérait de leurs cages à B’hiret Marengo, l’actuel jardin de Prague. Repose en paix l’artiste, les Haouchine Rabah, Aït Aoudia Lounis, Yahia Bouraba et tant d’autres fans vous diront l’élan de générosité qu’entretenait Amar Ezzahi vis-à-vis de son prochain. Que dire d’autre ? Sinon que Sid Ali Sakhri et Rachida Belheraoui ont su inoculer de la vie à la librairie Chaïb-Dzaïr.


N. Louhal


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER