Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actu-Alger

Il abritera le siège du Centre africain de sauvegarde du patrimoine immatériel et culturel

La destination de Djenane-Lakhdar est connue

On en sait à présent un peu plus sur la destination future de Djenane-Lakhdar, sis au passage Ghrissi-Amar, qui est perpendiculaire au boulevard Lalla-Abderrahmane (ex-Frédéric-Lang) à El-Madania.
La bâtisse, dans le genre de Dar Ness El-Fahs, abritera le siège du Centre africain de sauvegarde du patrimoine immatériel et culturel d'Alger suite au contrat paraphé de part et d’autre avec l'Unesco, a-t-on su du Pr Slimane Hachi, le directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH) qui s’exprimait au forum de la radio locale de Tizi Ouzou dont c’était le premier numéro au titre de la nouvelle saison. Seulement, et pour que le Centre africain de sauvegarde du patrimoine immatériel et culturel d'Alger soit opérationnel, le mieux est de se soucier d’abord de l’arrêt du chantier inhérent à la mise en valeur de Djenane-Lakhdar d’El-Madania, du fait du gel des travaux dits d’urgence décidés en l’an de grâce 2007 pour la pose d’étais en bois devant consolider la contexture architecturale de ce monument.
Et depuis, beaucoup d’eau de pluie a coulé dans l’abreuvoir des anciens vignobles du Frédéric-Lang, sans qu’aucun “beit” (pièce) de l’ouast-eddar ou “ghorfa” (chambre) du “foqani” (palier supérieur) de ce fleuron de l’architecture ottomane n’aient été livrés au ministère de la Culture.
Renseignement pris, le palais de Djenane-Lakhdar est au cœur des préoccupations du wali d’Alger, qui a dépêché tout récemment le personnel technique d’un bureau d’études pour dresser une maîtrise d’œuvre pour la mise en valeur d’un monument qui s’effrite un peu plus chaque jour, a-t-on appris auprès de M. Boughadou Malek, le vice-président chargé de l’urbanisme et du service technique à l’APC d’El-Madania.  

N. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER