Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actu-Alger

Galerie Aïcha-Haddad à Alger-centre

L’artiste peintre Mohamed Chafa Ouzzani expose

Il est de retour l’artiste peintre Mohamed Chafa  Ouzzani, qui  a choisi de dresser son chevalet à la galerie Aïcha-Haddad lors du vernissage inaugural d’une exposition qui avait eu lieu en cet après-midi de l’éternel novembre. De retour de Cannes (France), où il s’était abreuvé d’un air de croisette, l’artiste peintre suit son “intuition”  et s’offre un “ressourcement” loin des abruptes  “chemins qui montent” vers “la maison renversée” de son “Chemini” natal. Ne se fiant qu’à son “intuition”, Mohamed Chafa Ouzzani s’échappa tel un “passager anonyme” de son “carré vagabond” pour vivre une “composition libre” à même d’humaniser les angles de ses toiles. C’est qu’il ne veut plus souffrir de l’“Obsession d’exil” ! Pour cela,  Mohamed Chafa Ouzzani  décida en un “instant fugace” de défaire ses bagages, dans lesquels il y a l’arc-en-ciel, où l’artiste peintre trempa ses pinceaux pour esquisser “la ville qui s’insurge” au “T” de l’architecte qu’il est. Evoquant le mouvement “L’Aouchem” (tatouage), l’artiste peintre évoqua “le foisonnement” de “tatouage primaire” de ses ancêtres dans “l’envol des signes”, où il y a l’harmonieuse locution du beau à l’aide de signes moulés dans le moule d’un patrimoine séculaire. C’est qu’il y avait de la bonne “gouache” à l’inauguration, à l’instar d’Arezki Mahtout, Nouredine Dino Hamouche, Ahmed Seradouni et Rahim Si Youcef. Donc, le mieux est d’y aller, car la visite en vaut le détour à la galerie Aïcha-Haddad sis au 84, rue Didouche-Mourad du 19 novembre au 5 décembre.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER