Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actu-Alger

Alger se dote d’une nouvelle desserte ferroviaire

Le train sifflera dès ce dimanche à Zéralda

L’inauguration de la nouvelle gare aura lieu le 11 décembre. © D.R.

Cette nouvelle liaison ferroviaire concernera Birtouta, Tessala El-Merdja, Sidi Abdallah, l’université Sidi Abdallah et Zéralda.

La nouvelle liaison ferroviaire Birtouta-Zéralda, longue de 23 km, inscrite dans le cadre de l’aménagement de la région algéroise portant sur la modernisation et l’extension du réseau ferroviaire de la banlieue d’Alger, sera inaugurée dimanche 11 décembre par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, apprend-on de sources dignes de foi. Le projet de cette ligne ferroviaire vient ainsi désenclaver la région ouest  d’Alger, notamment les localités côtières de Zéralda qui ne sont pas encore reliées au réseau ferré. Une œuvre qui profitera, à coup sûr, aux milliers d’usagers pénalisés par les embouteillages qui caractérisent souvent les régions d’Alger-Ouest ; cette ligne qui draine 50 000 voyageurs/jour sera une véritable bouffée d’oxygène pour les milliers d’automobilistes qui empruntent quotidiennement ce trajet.
Le directeur général de l’Anesrif (Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires), Azzedine Fridi, précisera à ce propos que les travaux de ce projet sont totalement finis et réceptionnés. “On sera au rendez-vous. Ce projet a été livré dans sa totalité à la date prévue. Les années 2016 et 2017 sont importantes pour nous, dans la mesure où d’autres projets seront réceptionnés”, révélera le DG qui a boosté l’agence depuis son arrivée en 2011. De son côté, le directeur du projet, Rachid Benmahdjoub, est fier d’avoir participé à la concrétisation de ce grand projet. “Les défis ne m’ont jamais fait peur, au contraire ils m’ont encouragé à multiplier les efforts. En fait, je suis vraiment fier d’avoir contribué pleinement à la réalisation de ce projet”, affirmera cet ingénieur. Par ailleurs, les habitants de cette partie d’Alger-Ouest, rencontrés sur les lieux, n’ont pas caché leur satisfaction quant à la réception de ce grand projet et attendent avec impatience la mise en fonction de cette ligne ferroviaire. “On attend avec impatience de voir le train circuler pour la première fois dans cette région, il va régler tous les problèmes de transport et créera une activité particulière dans notre région, il boostera toutes les communes qu’il traverse”, nous ont-ils fièrement déclaré. Ce tronçon englobe, en outre, cinq gares : Birtouta, Tessala El-Merdja, Sidi Abdallah, Halte université Sidi Abdallah et enfin Zéralda. Notons que cette liaison ferroviaire est à double voie électrifiée et le train roulera à 140 km/heure, et dont la signalisation sera équipée du système ERTMS niveau 1 très performant, et une télécommunication dotée d’un système type GSM-R. Poursuivant son programme de développement, l’Anesrif a lancé, faut-il le rappeler, deux études de prolongement de cette ligne, la première s’étale de Zéralda jusqu'à Aïn Bénian d’un linéaire total de 15 km ; la seconde dont les études ont été confiées aux Sud-Coréens qui ont déjà effectué une visite le long du couloir de ce futur projet qui démarre de Zéralda pour atteindre la ville côtière de Gouraya en passant par Tipasa et Cherchell longue de 91,7 km. À l’avenir, les Algériens pourront rejoindre les villes balnéaires de Tipasa et Cherchell par un train moderne électrifié à double voie. Les pouvoirs publics ont investi des milliards de dollars dans ce secteur stratégique pour le développement du pays. La SNTF a programmé, à partir de la gare centrale d’Alger, des liaisons sur le nouveau tronçon, Birtouta-Zéralda espacées d’une heure, la durée de la navette entre les deux communes est de 50 minutes. Notons par ailleurs que le coût global de ce projet, confié à un consortium algéro-turc composé d’Infrarail (Algérie), Yapi Merkezzi (Turquie) et Setirail (maîtrise d’œuvre), est de l’ordre de 35 milliards DA. L’autre grand projet, Thénia-Tizi Ouzou, sera réceptionné dans le courant de l’année prochaine.   


RACHID A.   

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER