Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actu-Alger

Alger Centre

Restitution du pavé au carrefour du Millénaire

Opération de repavage au quartier des Rampes de l’ancien Bastion. © Louhal N. / Liberté

Cette opération contribuera à enjoliver davantage la pêcherie d’Alger qui profite aux négociants du poisson et son îlot de trois restaurants, où gravitent les fins gourmets.

L’intention d’embellir le carrefour du Millénaire sis à flanc de l’Amirauté et de la Pêcherie d’Alger, ne se fait pas sans casse ! Pour s’en convaincre, l’idéal est de battre le pavé de la pêcherie d’Alger et de ses environs d’une superficie de 3 ha, qui furent malheureusement dépavés à la “hussarde”, histoire d’enjoliver les espaces de la ville d'Alger, a-t-on su des habitués des petits restaurants du coin. Confondant sans doute envie de bien faire et vitesse d’exécution, l’application du schéma inhérent à la mise en valeur du quartier des Rampes de l’ancien Bastion, qui fut voté et inscrit au plan intitulé “Stratégie de développement et de modernisation de la capitale à l'horizon 2009-2029”, laisse apparaître des vices cachés. S’il en est une preuve, celle-ci est à déceler sur le lit de pavés qui fut dépierré au printemps dernier sur l’avenue d’Angkor. Une tâche d’autant inutile, puisqu’il sera rangé à nouveau dans son “lit”, d’où il n’aurait jamais dû être ôté si l’on avait à cœur de préserver l’esthétique du bâti du vieil Alger, nous dit-on dans les parages. En bas de l’escalier Abdelkader-Groussein et en face du “Carrefour des artistes et des citoyens”, des ouvriers rangent du mieux qu’ils peuvent l’amas de pavés qu’ils avaient extraits d’un coup de pioche, mais qu’ils savaient qu’il serait si difficile à remettre en place. Questionné au sujet de ce crime de lèse-urbain, ce vieil employé d’un magasin général des Voûtes d’Alger a déclaré : “Embellir les espaces de la ville d’Alger, c’est bien, à condition toutefois de faire preuve d’une lecture judicieuse des plans de l’architecte. Sinon cela n’excuse en rien la destruction d’un trottoir en bon état, car il était en excellente condition et pouvait servir encore de par sa solidité ! Alors pourquoi tout ce temps perdu à retirer le pavé pour le réaligner ensuite, sachant qu’il est difficile de l’ordonner dans son état original ?” Seulement et qu’importe l’erreur d’appréciation de la tâche, du fait que c’est toujours ça de gagné pour Alger qui reconquiert son pavé. Et depuis, le trottoir, ou ce qu’il en reste, à l’air d’un paysage lunaire, tellement la similitude est évidente. En témoignent ces crevasses et l’épais nuage de poussière qui s’élève de l’avenue d’Angkor, jusqu’à la rampe du boulevard Ernesto Che-Guevara contiguë à la place des Martyrs. Du reste, l’opérateur ou plutôt l’apprenti-maçon vient d’amocher l’aspect esthétique de la pêcherie, puisqu’il a réussi à imposer deux frises conçues de dallage de part et d’autre du trottoir. Ce qui n’est pas du goût d’un des tenanciers de l’enfilade de magasins généraux qui a ajouté à propos du pavé : “Au lieu qu’il soit déraciné, le mieux aurait été d’engager une opération de maintenance pour que le pavé puisse durer dans le temps… D’autant, qu’il est résistant à l’incessant mouvement de camions qui chargent ou déchargent à proximité des magasins généraux.” “Donc, de là à substituer la dureté et l’endurance d’un pavé à la fragilité d’un carreau de céramique, il y a un pas à ne pas franchir vers l’irrationnel”, a déclaré cet employé qui nous désignait de l’index la bascule muséale de gros tonnage. Au demeurant, la restitution du pavé à son lit initial contribuera à enjoliver davantage la pêcherie d’Alger qui profite aux négociants du poisson et son îlot de trois restaurants, où gravitent les fins gourmets.


Louhal N.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER