Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actu-Alger

L’allocation budgétaire de la wilaya couvre la masse salariale

Sidi M’hamed à l’heure de l’austérité

La municipalité de Sidi M’hamed révise le barème de location des étals et échoppes des marchés de fruits et légumes. ©D. R.

“Nous avons assez d’actifs à fructifier, pour peu qu’il nous soit permis d’aller vers un partenariat vecteur d’emploi et producteur de richesses avec d’autres APC, qui sont aisées en lots fonciers, mais indigentes au chapitre financier.”

À l’heure de l’austérité et de la sobriété pécuniaire, les maires d’Alger endossent chacun à sa façon le dossard de “l’austérité” pour affronter l’abstinence budgétaire.
Certes les P/APC ne partent pas à chances égales, mais chacun racle les fonds de tiroir pendant que d’autres creusent les opportunités d’“affaires”, à l’instar de la révision du barème de location d’étals et d’échoppes des marchés de légumes et de fruits de la municipalité de Sidi M’hamed. Du reste, l’adjudication s’annonce d’ores et déjà onéreuse pour l’octroi d’un étal aux marchés couverts de Ferhat-Boussad (ex-Meissonnier) et à Rédha-Houhou (ex-Clauzel). “L’amendement de l’échelle locative d’étals, de bazars et autres drugstores aux aswak de Ali-Mellah et de Meissonnier I et II a été révisé et approuvé à l’unanimité en session plénière. Plutôt qu’une augmentation, l’idée est de s’aligner sur la réalité du marché locatif en vigueur, sans que cela alourdisse les charges du tenancier de l’étal. Donc et aussi impopulaire qu’elle soit, la hausse du loyer sera bénéfique pour la trésorerie de l’APC qui n’en peut plus d’être pénalisée”, a-t-on su d’Oubahi Salah, secrétaire général de la mairie de Sidi M’hamed.
Au demeurant, il y a comme un air d’innovation dans l’opinion d’un commis de l’État, qui nous change du discours ronronnant d’un élu. “L’augmentation du loyer mensuel de l’étal et de l’échoppe n’est pas la solution idoine, d’où l’option de l’adjudication afin de compenser au mieux le manque à gagner dû à l’inconvenant et douteux procédé de la sous-location conclu en catimini entre l’exploitant réel de l’étal et son sous-locataire.
De la sorte et cédés ainsi au plus offrant d’entre les adjudicataires, l’APC y gagnera à faire l’économie de l’hygiène et du gardiennage de ses marchés”, a tenu à préciser notre interlocuteur, qui étaye ses propos par un document référentiel à une réflexion qui a recueilli l’aval de la commission financière après d’âpres débats auprès du conseil municipal. Autre augmentation, celle des loyers locatifs du parc immobilier de l’APC qui compte 150 appartements. “Qu’il soit admis que les loyers perçus sont à présent en deçà de ce qui se fait sur le marché de l’immobilier, d’où l’exigence de reconsidérer, voire repenser les clauses des baux locatifs en termes de loyers qui ne reflètent pas la réalité en matière qualité/prix”, a ajouté notre interlocuteur. Mais est-ce à dire que cela suffit à garantir la rémunération des travailleurs communaux ? Peut-être bien que non !
Donc, heureusement qu’il y a à portée de main l’allocation budgétaire de la wilaya d’environ 50 millions de DA, dont l’essentiel est absorbé par la masse salariale, a-t-on appris auprès de M. Oubahi, qui se défend d’être l’administrateur d’une APC riche. “Notre APC n’est ni riche ni pauvre. Mais nous avons assez d’actifs à fructifier pour peu qu’il nous soit permis d’aller vers un partenariat vecteur d’emplois et producteur de richesses avec d’autres APC, qui sont aisées en lots fonciers, mais indigentes au chapitre financier. Mais pour la faisabilité de la chose, l’idéal est d’asseoir un mode de gestion où l’initiative est libérée de toutes les contraintes et des lourdeurs administratives”, a déclaré encore notre interlocuteur. Décodé, la révolution se doit d’éclore dans les esprits !
Mais pour ce faire, le choix des hommes à la fonction d’élu doit obéir d’abord à des critères d’éligibilité, notamment au plan managérial. Pour conclure, la commune doit se décarcasser d’une “faune” d’opportunistes qui gravitent autour de l’irrationnel, plutôt que d’être au diapason de nouvelles règles de gestion.

Noureddine L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER