Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Actualité foot

Une autre bagarre au MCO

À Maghnia, c’était la débandade

 Alors que ceux qui ont assisté à la quatrième rencontre amicale du Mouloudia d’Oran en cette trêve forcée, mercredi dernier à Maghnia, n’ont communiqué que la large victoire des visiteurs sur le score de quatre buts à un, un incident majeur a, cependant, altéré la bonne ambiance qui régnait sur le rectangle vert du stade des Frères Nouali.
À en croire une source interne et témoin oculaire de ce qui s’est réellement passé mercredi après-midi, une bagarre a éclaté entre le gardien de but et capitaine du MCO, Abderraouf Natèche, et son défenseur central et vice-capitaine, Farid Belabbès.
“Au début, c’est une altercation, comme il s’en produit dans toutes les équipes du monde. Des reproches entre un gardien de but et un défenseur axial. Mais ce qui s’est passé entre Natèche et Belabbès a dépassé ce simple cadre langagier puisqu’après des insultes et des menaces, les deux joueurs en sont venus aux mains. Il aura fallu l’arrêt momentané de la rencontre amicale entre le MCO et l’AS Maghnia et l’intervention des joueurs des deux équipes pour les séparer. Mais cela ne s’est pas arrêté là puisque Farid Belabbès a décidé de quitter le terrain et de ne pas terminer le match”, relatera ladite source à Liberté. Même l’intervention de l’entraîneur Omar Belatoui n’a pas dissuadé le défenseur mouloudéen de reprendre du service. Furieux, le patron du staff technique oranais est allé jusqu’à menacer son joueur “de ne plus le convoquer pour aucun match jusqu’à la fin de saison” s’il ne revenait pas sur le terrain. Mais “conscient que c’étaient juste des paroles en l’air et que ce n’était pas lui qui décidait”, Farid Belabbès a fait fi des réprimandes de Belatoui. Tout cela, devant les spectateurs de la ville frontalière, étonnés par tant d’indiscipline au sein du plus grand club de l’Ouest.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER