Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Actualité foot

MC Alger

La défaite de Sfax, du déjà vu !

© Liberté

Le Mouloudia d’Alger a, encore une fois, déçu ses supporters, mais aussi les spécialistes après sa déroute à Sfax, samedi, face au CS Sfax (0-4) pour le compte de la 6e journée de la phase des groupes de la Coupe de la CAF. Une défaite qui ne pourrait pas être expliquée par le simple fait qu’il s’agissait d’une rencontre sans grand enjeu, puisque l’équipe était déjà qualifiée en quart de finale, par l’enchaînement des rencontres sachant que le MCA venait de disputer son 47e match cette saison ou encore par une cascade de défections pour diverses raisons. Il y a des choses qui ne sont pas étrangères à cette déroute et ce qui s’est passé au sein du vieux club algérois durant la semaine qui avait suivi l’élimination en Coupe d’Algérie face à l’ES Sétif y serait pour beaucoup. Omar Ghrib, le premier responsable de la situation actuelle de l’équipe, qui avait crié sur tous les toits quelques instants après la défaite face aux Sétifiens dans l’épreuve populaire, qu’il n’y avait pas de place “pour ceux qui cherchent du travail au MCA” et que “le club est en bonne santé sous sa direction” s’était ravisé le lendemain en annonçant, à la surprise générale, sa démission. Une démission, vite démentie pas le conseil d’administration de la SSA/Le Doyen, affirmant qu’il s’agissait d’un congé accordé à Ghrib, alors que ce dernier maintenait sa décision et affirmait qu’il est bel et bien démissionnaire. Passé l’orage, Ghrib est revenu aux affaires du club et n’a cessé de graviter autour de l’équipe. Après une première virée au centre de Aïn Benian, il était présent à l’aéroport avant le départ de l’équipe vers la Tunisie. Cependant, il était, curieusement, absent lors du mouvement de grève enclenché par les joueurs la veille du départ en Tunisie. Une absence qui reste inexpliquée, alors qu’il ne rate jamais une occasion pour s’exhiber et montrer qu’il est toujours auprès de l’équipe. Tout le monde sait comment fonctionnent les choses au sein du vieux club algérois. On se rappelle le match RC Arbaâ-MCA, qui a vu l’équipe algéroise chuter lourdement (3-1) et d’une manière étrange face à un adversaire qui avait déjà fait ses adieux à la Ligue 1 lors de l’exercice 2015-2016. Les supporters, notamment ceux qui ont effectué le déplacement en Tunisie, se sont vite remémorés cet épisode et sont persuadés qu’il y avait quelque chose d’anormal dans le rendement de l’équipe samedi dernier. La situation est loin d’être saine et selon des sources proches de l’équipe, les joueurs auraient même brandi la menace de saisir la CRL dans les prochains jours si la situation ne sera pas débloquée par les responsables du club. Une manière de mettre plus de pression. Il y a beaucoup de signes qui ne trompent pas. Dire que le départ ou non de Ghrib a perturbé l'équipe pour justifier une telle défaite contre Sfax, cela devient très grave. Le scénario qui est en train de défiler est du déjà vu et avec l’absence “bien calculée” du premier responsable de l’équipe, le MCA, a engendré une grosse crise. Tout le monde aura compris que le retrait prémédité de Omar Ghrib, qui avait promis monts et merveilles en début de saison, est une manière de mettre le club devant une situation dangereuse. Il a préféré “prendre congé” au moment où l'équipe doit enchaîner une nouvelle saison sans transition. Sportivement, il a raté, ou plutôt offert, tous les challenges à ses adversaires. Le MCA a perdu la Supercoupe d’Algérie le 1er novembre 2016, le Championnat national, le 14 juin 2017, la Coupe d’Algérie le 24 juin dernier et très probablement la Coupe de la CAF au mois de septembre prochain si les choses ne bougent pas. Malgré autant d’échecs sportifs conjugués à une gestion financière chaotique, la direction de Sonatrach ne bronche pas. Il est clair que si les choses ne bougent pas, l’avenir du vieux club algérois est des plus compromis. Une chose est sûre : l’inquiétude gagne la rue. Les supporters redoutent les retombées d’une telle situation. Le moment est venu pour un changement de fond en comble. La direction et l’effectif actuels ont montré leurs limites.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER