Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Actualité foot

Pour éviter la grosse pression des supporters kabyles à Tizi Ouzou

La JSK “déménage” à Alger

La dernière raclée subie par la JSK à Béjaïa continue de susciter la colère et l’indignation des milliers de supporters kabyles qui sont encore sous le choc. À Tizi Ouzou, et dans toutes les localités de la Kabylie, le sujet d’actualité s’articule autour de l’avenir du club kabyle qui s’assombrit de plus en plus.
Dans les cafés, les places publiques, les lieux de travail ou de commerce, c’est la JSK qui polarise l’actualité non pas pour les beaux exploits enregistrés dans un passé plus ou moins récent, mais surtout pour toutes les contre-performances des Canaris qui s’accumulent de semaine en semaine sans pour autant laisser entrevoir une moindre lueur d’espoir.
Même le tandem technique Rahmouni-Moussouni qui a été appelé à la hâte pour tenter d’éteindre le feu semble de plus en plus confronté à une mission délicate jusqu’à essuyer les premières critiques alors que les deux hommes ont eu le courage de prendre le train en marche et d’affronter tant de risques pour tenter de redresser un bateau kabyle qui va malheureusement de plus en plus à la dérive. La composition de l’équipe alignée, vendredi passé, face au MOB aura suscité les critiques et les spéculations les plus folles même si elles étaient à peine voilées mais, en fait, que peuvent bien faire Rahmouni et Moussouni face à un effectif aussi limité et surtout profondément affecté, sur le plan psychologique, par une situation critique que la JSK, club habituellement sécurisé dans son parcours et son avenir parmi l’élite, semble avoir bien du mal à gérer depuis quelques semaines déjà. Toujours est-il que pour éviter la colère des supporters kabyles et s’éloigner de la grosse pression constatée depuis quelques jours à Tizi Ouzou, les dirigeants de la JSK ont préféré mettre le cap sur Alger, la capitale, pour assurer la reprise hebdomadaire des entraînements prévue, dès aujourd’hui, surtout lorsqu’on rappellera que les Canaris vont devoir préparer ce long déplacement au Congo par vol spécial prévu, mercredi, pour affronter, samedi 11 mars à Brazzaville l’Étoile du Congo, en match-aller des 1/16e de finales de la Coupe de la CAF alors que le match retour a été déjà programmé pour le 18 mars au stade du 1er-Novembre.
Aux dernières nouvelles, les dirigeants de la JSK auraient même adressé un courrier à la FAF pour pouvoir s’entraîner dès aujourd’hui au Centre technique national de Sidi-Moussa et ils comptent beaucoup sur la compréhension de la FAF pour aider l’équipe kabyle dans cette mission continentale où elle est censée représenter les couleurs nationales. Et à défaut du CTN de Sidi-Moussa, les dirigeants de la JSK comptent domicilier leur équipe durant ces 3 jours soit au Centre de la Protection civile de Dar El-Beida ou à l’École supérieure d’hôtellerie de Aïn Benian. “Je tiens à rappeler que la Coupe de la CAF n’est pas une priorité pour la JSK, car notre objectif est d’améliorer avant tout notre classement et de sauver le club de cette situation difficile en championnat”, dira en substance le président Hannachi qui mise beaucoup sur les 3 matchs de retard que compte la JSK pour jouer crânement ses chances de maintien parmi l’élite surtout que la Ligue de football professionnel compte faire marquer prochainement une trêve pour éponger toute la cascade de matchs de retard accumulés par de nombreux clubs encore que la programmation des compétitions africaines ne fasse que compliquer davantage un véritable puzzle difficile à gérer par la LFP dans les jours à venir.
Enfin, le président Hannachi lance un nouvel appel aux supporters kabyles pour ne pas abandonner la JSK en ces moments difficles, et ce, à commencer par le prochain match retard que les Canaris vont devoir disputer contre le NAHD à Tizi Ouzou, dès son retour du Congo.

M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER