Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Actualité foot

Avec une enveloppe financière de moins de 100 000 euros

La liste des coaches que Zetchi aurait pu contacter

Après avoir espéré un entraîneur de notoriété reconnue, les Algériens ont dû se suffire d’un choix “fafien” inattendu avec l’intronisation, le 13 avril, du coach espagnol Lucas Alcaraz, limogé deux jours plus tôt par Grenade. Du reste, de l’aveu même du nouveau sélectionneur national, le président de la FAF ne l’a contacté qu’une fois qu’il a été viré par Grenade ; autrement dit, Zetchi a paré au plus pressé, avec le premier venu, pourvu qu’il soit Espagnol et peu importe s’il a un CV médiocre. Pour le reste, seuls les résultats sur le terrain nous renseigneront dans un avenir très proche sur la perspicacité de ce choix et sur la compétence du coach national.
En revanche, il serait peut-être utile de lever le voile sur quelques noms d’entraîneurs ayant pignon sur rue et qui auraient pu tout aussi bien entrer dans les plans de Zetchi si toutefois ce dernier avait fait preuve d’un minimum de patience et de concertation avec une enveloppe financière inférieure à 100 000 euros pour l’ensemble du staff de l’EN. Sachant que le staff d’Alcaraz coûtera à la FAF un salaire mensuel global de 65 000 euros (sans les adjoints algériens), la FAF aurait pu prétendre à mieux du point de vue CV avec cette même catégorie de mensualités.
En effet, un manager algérien installé en Europe, très bien imprégné de ce genre de négociations, nous confiait récemment que la FAF aurait pu facilement par exemple arracher la signature du coach italien Alberto Zaccheroni, ancien sélectionneur du Japon et qui a entraîné les grands clubs italiens du Calcio, à l’image du Milan AC, l'Inter Milan, la Lazio Rome et la Juventus.
Son CV est du reste plus éloquent que celui d’Alcaraz. Jugez-en : Alberto Zaccheroni a été sacré champion d’Italie en 1999 avec le Milan AC. Il a été élu meilleur entraîneur en 1999 et vainqueur de la Coupe d'Asie des nations 2011 avec l'équipe du Japon. Une grande expérience qui aurait pu servir l’Algérie, d’autant plus qu’Alberto Zaccheroni n’a que 64 ans. Que fait actuellement Zaccheroni ? Eh bien, rien, il est chez lui en Italie attendant d’éventuelles offres. L’autre coach italien que la FAF aurait pu également contacter, c’est l’ex-coach de la sélection italienne, Cesare Prandelli, que la FAF avait déjà pisté au temps de Raouraoua au lendemain du départ de Christian Gourcuff. Claudio Cesare Prandelli, né le 19 août 1957 à Orzinuovi, est un ex-joueur italien ayant évolué notamment à la Juventus. Après avoir entraîné la Fiorentina durant cinq saisons, il a pris les rênes de la Squadra Azzurra après la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, et l'échec de l'équipe de Marcello Lippi (élimination dès le premier tour du tenant du titre). Il a atteint avec l’Italie la finale de l’Euro 2012. Après le Mondial 2014, il rejoint le club turc de Galatasaray qu’il quitte quelques mois plus tard pour le club espagnol de Valence. Il est lui aussi actuellement en attente d’une offre… algérienne. Récemment, l’ex-international Rafik Saïfi nous a avoué d’ailleurs qu’il ne comprenait pas pourquoi la FAF n’a pas exploré le marché italien. “Je pense que l’Italie possède actuellement les meilleurs entraîneurs, ce sont de bons tacticiens et très rigoureux qui correspondent largement à notre mentalité”, assure-t-il à Liberté. En outre, même en Espagne, la FAF aurait pu avoir mieux, à l’image de Juan Carlos Garrido, que Zetchi aurait contacté avant de toucher Lucas Alcaraz. Juan Carlos Garrido connaît l'Afrique. Il avait conduit le Villarreal CF à la quatrième place du Championnat espagnol en 2010-2011 et en demi-finales de la Ligue Europa la même saison. Après être également passé par le Bétis Séville (2013-2014) et le FC Bruges (2014-2015), Juan Carlos Garrido a gagné une Supercoupe d'Égypte et une Coupe de la Confédération avec Al Ahly. Depuis le mois de novembre 2016, il est en poste en Arabie Saoudite à la tête d’Ettifaq, mais il sera libre au mois de juin. “Avec une enveloppe de 65 000 euros, Juan Carlos Garrido serait certainement venu en Algérie même avant le mois de juin”, assure notre interlocuteur manager. Toujours en Espagne, il y a aussi Juan Ramon Lopez Caro, finaliste de la Coupe du Golfe des nations 2014 avec l'Arabie Saoudite, vice-champion d'Espagne en 2006 avec le Real Madrid, champion de Segunda B en 1999 (avec le RCD Majorque B), en 2002 et 2005 (avec le Real Madrid Castilla). Nous pouvons encore avancer d’autres noms mais trêve de spéculations ; place maintenant à la vérité du terrain avec l’épreuve Lucas Alcaraz !

S. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER