Scroll To Top
FLASH
  • Elections locales 2017 : annonce des résultats vendredi à partir de 15 heures
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Actualité foot

MJS

Le discours à deux vitesses d’Ould Ali El Hadi

Lors d’une récente sortie médiatique, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El Hadi, a de nouveau remis sur la table la question de la légitimité du président du comité olympique, Mutapha Berraf. Au lieu d’envoyer une lettre de félicitation à Berrraf, qui vient d’être élu à titre intérimaire, au terme de l'Assemblée générale extraordinaire de l'ACNOA (Association des comités nationaux olympiques de l’Afrique) qui s'est tenue à Prague le 3 novembre dernier, à la tête de cette organisation continentale, Ould Ali  a plaidé pour une assemblée générale extraordinaire du COA afin de donner l’occasion aux fédérations sportives contestataires de destituer Berraf. Soit une prise de position flagrante contre un élu qui avait battu à plate couture, le 25 avril dernier, son rival, candidat du MJS, Abdelhakim Dib, président de la Fédération algérienne d’athlétisme. Berraf avait en effet obtenu 80 voix contre 45 au profit de son concurrent et 11 bulletins nuls. En revanche, Ould Ali El Hadi a tenu a dénoncer les velléités d’organisation d’une assemblée générale extraordinaire de la FAF, la qualifiant de “tentative de déstabilisation” menée par un groupuscule de membres de l’AG de la FAF, alors qu’ils sont désormais plus de 70 membres à réclamer l’AGEX, soit le minimum réglementaire requis conformément aux statuts de la FAF et du décret exécutif n°14-330 du 27 novembre 2014 fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement des fédérations sportives nationales. Ce qui fait dire aux observateurs que le MJS tient là un discours à deux vitesses, plein d’inégalités, en fonction des affinités avec les uns et les autres.

SAMIR LAMARI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER