Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Actualité foot

Djamel HaÏmoudi, ancien arbitre international

“Nos arbitres sont mal formés”

©D. R.

Djamel Haïmoudi estime dans une déclaration à Liberté, à partir de Paris où il se trouve depuis 2015, que les erreurs d’arbitres sont dues en grande partie à la mauvaise qualité des formateurs de la CFA. “J’ai remarqué que depuis le début de la phase retour, beaucoup de fautes d’appréciation sont commises par les arbitres, dont certaines ont influé directement sur le résultat final : la raison est toute simple : nos arbitres ne sont pas bien formés sur le plan psychologique. Lors du dernier séminaire, la CFA s’est contentée de cassettes vidéo pour montrer les erreurs d’arbitres avec une grande partialité. Cette stratégie de formation est fausse, d’où la faiblesse du niveau technique des arbitres. Lorsqu’on fait uniquement des cours théoriques, on n’améliore pas le niveau. Nos formateurs ignorent totalement les nouvelles méthodes de formation imposées par la FIFA ces dernières années, ils ne sont pas à jour des dernières méthode. Il faut que les arbitres fassent des exercices intégrés avec des joueurs intégrés sur le terrain, afin de faire des simulations : ainsi, le jour des matchs, ils évitent ces erreurs. En fait, la formation des arbitres est complètement fausse”, explique le mondialiste de 2014. “On ne peut pas former de bons arbitres avec 100 arbitres présents à un séminaire, il faut au maximum 35 directeurs de jeu pour qu’ils assimilent bien les cours, c’est la foire avec 100 arbitres. J’ai remarqué que les erreurs sont commises souvent à l’intérieur des 18 m, cela prouve qu’il y a une mauvaise concentration, aucune lecture fiable avec le sens d’anticipation complètement absent : les cas de Helalchi et Zouaoui sont clairs, les deux arbitres ont fait une mauvaise interprétation du jeu, ils ont très mal apprécié la faute, d’où les erreurs commises lors des deux matchs. Il faut que la CFA élève le niveau de ses formateurs, un juge assistant ne peut pas former un directeur de jeu et vice-versa, chacun sa spécialité. La CFA doit corriger cette erreur. En revanche, je sais qu’Amalou est victime d’une personne connue qui l’influence sur les désignations d’arbitres. Le jour où ce type laissera tranquille la CFA, l’arbitrage va s’améliorer, il est le mal depuis de longues années, il s’attaque à toutes les compétences pour rester seul sur le terrain”, conclut-il.

Par : RACHID ABBAD


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER