Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Actualité foot

L’arrivée de Sadmi accueillie avec satisfaction par les fans kabyles

Une page se tourne à la JSK

©D. R.

Après 24 ans de règne absolu de Mohand-Chérif Hannachi
La JSK amorce une nouvelle ère

La JS Kabylie amorce un virage historique depuis l’avènement de Sadmi à la tête du club. Sitôt installé, l’équipe commence à retrouver des couleurs, en atteste la victoire acquise haut la main samedi dernier face à l’USMB. Le changement opéré à la présidence du club avec l’arrivée de Sadmi a été salutaire en remplacement de Moh-Cherif Hannachi, destitué de son poste au terme d’un long bras de fer. L’aventure de Hannachi à la JSK a pris fin cet été, après 24 ans de bons et loyaux services marqués par un palmarès des plus éloquents : quatre championnats (1995, 2004, 2006 et 2008) ainsi que trois Coupes de la CAF consécutives (2000, 2001, 2002) et deux Coupes d'Algérie. Mais la traversée du désert de la formation du Djurdjura ne l’a pas épargné. Les mauvais résultats consécutifs avec des parcours en dents de scie en championnat national a soulevé le courroux du peuple kabyle qui avait appelé à son départ. On se rappelle que la famille kabyle avait exercé une pression terrible sur l’ancien président pour le raisonner à partir. Les marches et d’autres appels à la destitution de Hannachi caractérisaient le quotidien de la Kabylie sans que l’ex-président daigne quitter son poste, défiant même les supporters et autres amoureux du club le plus titré en Algérie. Mais la détermination de la famille kabyle finira par l’emporter après l’organisation de la réunion du conseil d’administration, laquelle décida illico presto de destituer Hannachi après 24 ans de règne sans partage. Et même s’il s’est forgé la réputation d’être un grand consommateur d’entraîneurs (16 entraîneurs se sont succédé depuis 2011), Hannachi n’a pas lâché prise. Il compte à tout prix reprendre sa place au sein du club kabyle, comme il l’a si bien affirmé lors de son communiqué. “Dans l’intérêt du club et compte tenu de sa responsabilité sociétale, je demande à tous les actionnaires de la SSPA/JSK de faire preuve de maturité et d’éviter toute décision hâtive pouvant aboutir à une situation de blocage des organes de direction avec toutes les conséquences et les retombées négatives que pourrait subir le club. À cet effet, je vous propose d’abroger les décisions hâtives et anti-réglementaires prises en assemblée du 7 août 2017 et de revenir à une assemblée générale extraordinaire avec l’ordre du jour initial dans le respect des dispositions du code du commerce en matière de modification du capital.” C’est dire que Hannachi n’est pas près de lâcher prise, lui qui a saisi la justice pour récupérer la présidence. Une ambition qui s’avère peu réalisable dans la mesure où Sadmi a déjà pris le taureau par les cornes pour apporter les changements nécessaires avec une politique visant à redorer le blason terni de la JSK. Tout le monde attend les remaniements souhaités, et Sadmi, en sa qualité de premier responsable, est bien parti pour régler le problème financier du club en proie à une importante pénurie d’argent. Les signes de changements : Sadmi est en train de lancer un accord avec la firme italienne Cavallo, qui semble prête à mettre l’argent qu’il faut pour redynamiser la machine kabyle. Et cela permettra à coup sûr au club d’asseoir une politique fiable pour s’occuper des différents volets, notamment sur le plan organisationnel. On se rappelle que la JSK n’avait même pas l’argent pour payer les droits d’engagement des joueurs en L1. Et Sadmi sait pertinemment qu’il n’a pas de baguette magique pour y parvenir en un court laps de temps. Le plus urgent pour lui est d’offrir au club et aux joueurs un cadre de travail favorable avec comme principal objectif une assise financière solide pour garantir les salaires mais aussi le renforcement de l’équipe en prévision du prochain mercato en attendant bien sûr le projet du centre de formation qui n’a jamais vu le jour.

N. T.

Lire le dossier


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER