Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Rejetant les poursuites contre les responsables politiques en raison de leurs positions

12 syndicats autonomes soutiennent la SG du PT


Le principe du cercle de solidarité avec la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, s’élargit à divers segments de la société, avec le positionnement des syndicats autonomes représentés au sein de la Confédération des syndicats autonomes (CSA) qui rejettent le principe de poursuite judiciaire contre tout responsable politique ou syndical en raison de ses positions politiques ou syndicales. 

La CSA a exprimé, en effet, son “rejet de principe de toute poursuite judiciaire contre tout responsable politique ou syndical en raison de ses positions politiques ou syndicales”, en se disant “en attente des éclaircissements de la part des parties habilitées légalement concernant l’affaire de la secrétaire générale du Parti des travailleurs en vue de lever l’opacité et l’équivoque à ce sujet”. Cette organisation syndicale a, dans un communiqué sanctionnant la réunion de son bureau confédéral, exprimé la conviction selon laquelle “la consécration de la transparence dans les dossiers traités par la justice leur donnera plus de crédibilité et éloignera les mauvaises interprétations et les lectures qui ne contribuent pas à l’établissement de l’État de droit qui est une demande populaire”.
La CSA, qui englobe 12 syndicats autonomes de la Fonction publique, s’est aussi attaquée ouvertement au gouvernement de gestion des affaires courantes, en l’accusant de prendre “des décisions populistes qui visent à jeter la confusion et à perturber le mouvement populaire”. En exprimant leur rejet des nombreuses décisions du gouvernement Bedoui qui touchent divers aspects de la vie politique et socioéconomique des citoyens, les syndicats signataires estiment que ces décisions “populistes” ont pour finalité de “briser l’étau exercé par le peuple sur le gouvernement, et ne sont qu’une tentative désespérée de jeter la confusion parmi les membres de la société, entre favorables et défavorables à ces décisions”. Mais, ajoutent-ils, “le mouvement populaire y a répondu lors de sa 12e marche du vendredi, en scandant des slogans rejetant l'échange de ses revendications légitimes pour ses droits sociaux légitimes”. “La Confédération des syndicats autonomes (CSA) exprime son rejet de principe de ces pratiques, en ce moment précis, arguant qu’elles dépassent les limites des prérogatives que ce gouvernement est censé entreprendre (conduite des affaires courantes) et en raison de l’importance des dossiers traités par ces décisions. La Confédération est convaincue aussi que cela fait partie des efforts du gouvernement pour détourner l'attention de la vraie crise que traverse le pays et qui tente de réduire la pression qui s’exerce sur lui”. En définitive, la CSA déplore “toutes les pratiques du gouvernement de gestion des affaires courantes, rejeté par le peuple, qui visent à perturber le mouvement populaire”, en appelant les travailleurs et le mouvement de la société civile, ainsi que tous les militants et les activistes sur le terrain à se liguer autour de la révolution pacifique et à soutenir sa poursuite sans interruption jusqu’à ce que soient satisfaites toutes les revendications soulevées par le peuple algérien.


AMAR R.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER