Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Réintégration des enseignants grévistes de Blida

179 recours déposés

Les enseignants affiliés au syndicat du Cnapeste dans la wilaya de Blida, et qui ont été radiés, réintègrent partiellement les cours. Selon Ghanima Aït Brahim, directrice de l’éducation de la wilaya de Blida,179 enseignants radiés ont formulé leurs demandes d’annulation de la radiation et d’intégration de leur poste de travail. Elle explique que cette décision de radiation des enseignants a été prise après les deux mises en demeure adressées et qui n’ont été suivies d’aucune réponse de la part des grévistes. “Le règlement est clair dans ce sens. Lorsqu’un travailleur ne répond pas à une deuxième mise en demeure, il est automatiquement radié des effectifs du personnel. C’est la réglementation qui le stipule”, argumente la directrice, qui lance un appel aux enseignants grévistes pour reprendre le travail. Pour ce qui est de la demande de réintégration que doivent formuler les enseignants, la responsable explique aussi qu’il s’agit du respect de la réglementation, car selon elle, un enseignant qui a fait l’objet d’une radiation est effacé des effectifs et de la liste des salaires du personnel qui sera transmise au contrôleur financier. Et s’il s’agit d’une réintégration, l’enseignant radié est contraint de formuler une demande d’annulation de la radiation et de réintégration au poste de travail. “C’est une formulation qui s’impose et sans cette demande de réintégration, le contrôleur financier ne pourra pas payer ses enseignants du fait que leurs noms ne figurent pas dans la liste des salaires. C’est simple”, argumente la directrice en rassurant qu’il n’aura pas de conseil de discipline ou autre chose qui suit cette demande de réintégration. “C’est une simple demande qu’il doit faire. Rien que cela”, explique-t-elle


K. FAWZI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER