Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

L’information a été donnée hier, lors d’un colloque médicochirurgical tenu à Bouira

“35% des Algériens sont hypertendus”

C’est lors d’un colloque médicochirurgical tenu, hier, à Bouira, que plusieurs spécialistes ont tiré la sonnette d’alarme quant à l’expansion de maladies au sein de la société. Ainsi, le Pr Salim Benkhedda, chef de service à l’hôpital Mustapha-Pacha d’Alger, a évoqué, dans son thème sur l’hypertension artérielle (HTA), la problématique liée à l’hypertension artérielle en Algérie, annonçant que 35% de nos concitoyens sont hypertendus. Cet événement scientifique qui a été organisé par l’EPH de Bouira conjointement avec la Société algérienne des médecins généralistes (Samg), a vu la participation de certains spécialistes lesquels dans leurs domaines respectifs sont une référence. Le Pr Salim Benkhedda a indiqué que “la génétique, l’environnement et le mode de vie sédentaire sont les principales causes qui favorisent le développement de l’hypertension artérielle”. Le Dr Abdelmalek Sayah, médecin biologiste, a traité de l’hépatite virale. Après avoir énuméré les 5 types d’hépatite, le médecin a exposé les différents traitements nécessaires contre cette maladie. Relayé par le
Dr Djerroud, spécialiste en cardiologie, qui interviendra sur “la douleur thoracique”, qui donnera un aperçu sur ce mal important qu’il soumettra aux différentes étapes à entreprendre, dans ce cas précis, afin de le guérir. Par ailleurs, le directeur de la santé publique de la wilaya de Bouira a saisi l’occasion de ce colloque médicochirurgical pour apporter son soutien et ses encouragements aux efforts déployés par l’Association algérienne des médecins généralistes quant à l’élévation de la pratique médicale dans son noble exercice. Et d’ajouter : “La vindicte dont nous faisons l’objet émane de toute part. Personne n’échappe au mécontentement parfois violent. Ni le praticien ni l’agent de santé ne sont épargnés. Le débat est toujours ouvert sur la situation de la santé, mais il faut que l’objectivité prime sur les élans colériques et intempestifs. Malheureusement, ce n’est pas le cas, on utilise des manipulateurs pour nous dénigrer encore et encore. Certes, les imperfections sont flagrantes, et nous connaissons nos points faibles ; qu’on nous laisse simplement travailler, au lieu de vouloir, coûte que coûte, nous entraîner dans des appréciations non objectives. Nous pouvons commenter nos problèmes de manière consensuelle, ainsi, nous irons vers l’amélioration de la santé publique parce que nous avons les capacités intellectuelles et la sagesse pour y arriver.” Certainement, mais d’autres avis contraires sont donnés en aparté, sur la nécessité absolue d’opter pour une nouvelle stratégie dans le domaine de la santé publique qui souffre énormément de manques de paramédicaux et d’insuffisances dans la gestion. “Cette situation ne peut plus durer”, avouera un médecin spécialiste. Mais ce thème n’est pas à l’ordre du jour. Le débat est ouvert sur la situation de la santé publique dans le pays, pour reprendre la formule du directeur de la santé publique de la wilaya de Bouira. Dans ce cas, à quand des assises nationales pour améliorer notre système de santé ?


Farid Haddouche


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER