Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 319 nouveaux cas de Covid-19 durant les dernières 24 heures, portant le nombre des cas confirmés à 57651
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Organisation de la soirée de l’Aïd par El-Bahia TV

5 personnes sous contrôle judiciaire

© D.R

Quatre jours après la diffusion de la soirée artistique organisée à l’occasion de l’Aïd el-Fitr par la chaîne privée El-Bahia TV à l’hôtel Le Zénith, cinq personnes ont été placées sous contrôle judiciaire par le juge d’instruction du tribunal d’Oran. C’est ce que le parquet a annoncé, jeudi soir, dans un communiqué transmis à l’APS, en précisant que les suspects étaient poursuivis pour “mise en danger direct de la vie d’autrui ou exposition de son intégrité physique à un danger imminent, en infraction préméditée du devoir de précaution et de sécurité, durant la période du confinement sanitaire, en application de la loi, notamment l’article 290F 02 bis du code pénal”. 

Selon des sources proches du dossier, il s’agit de responsables de la chaîne de télévision appartenant à Youssef Djebbari, deux animateurs de la soirée et du propriétaire de l’hôtel Le Zénith, Karim Louhibi. “Les parties concernées par cette affaire ont été présentées (…) à l'issue des investigations menées par les services de la sûreté sur les motivations des organisateurs de cette fête, qui a eu lieu à l’hôtel Le Zénith, la veille de l’Aïd el-Fitr et diffusée, le second jour de l’Aïd (…)”, est-il expliqué dans le communiqué.

Lundi dernier, en effet, El-Bahia TV avait transmis une soirée artistique enregistrée samedi en présence d’un grand nombre de participants, en violation des dispositions du couvre-feu sanitaire et des mesures de prévention contre la propagation de l’épidémie de Covid-19. Le programme a provoqué mardi un tollé sur les réseaux sociaux, chez des internautes outrés par “le degré d’inconscience des organisateurs et des participants”, ce qui a entraîné une réaction timide du propriétaire de l’hôtel qui, dans un post sur son compte Facebook, a tenté de rassurer. “(…) Le tournage a été fait bien avant l’Aïd (…), certaines images utilisées dans le montage sont anciennes, en plus de toutes les précautions prises”, a écrit Louhibi sans s’étaler sur ces mesures de prudence mais en insistant sur les intentions désintéressées de la direction de l’hôtel qui a mis gratuitement sa salle des fêtes à disposition dans le “seul et unique but de donner un peu de joie au public dans ces moments de confinement quelquefois difficiles à supporter”.

La tempête enregistrée sur les réseaux sociaux, la très peu convaincante justification de Karim Louhibi et le silence gêné des responsables d’El-Bahia TV — dont la directrice, Meriem Djebbari, se serait rendue jeudi à Alger pour répondre à une convocation de l’Arav — ont entraîné une réaction des autorités de la wilaya qui s’est matérialisée par la fermeture de l’hôtel Le Zénith et l’ouverture d’une enquête judiciaire sur la grave violation du confinement sanitaire pouvant porter préjudice à la santé publique.

Selon une source proche d’El-Bahia TV, l’événement artistique avait été autorisé par les instances compétentes, ce que le responsable du service de communication de la wilaya a vigoureusement nié : “Qu’ils produisent cette autorisation !”, a-t-il rétorqué.   

 

 


S. Ould Ali


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER