Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

état de santé de bouteflika et situation économique du pays

5e mandat : les doutes du Parlement européen

Doute sur la capacité de Bouteflika à briguer un 5e mandat. © D.R.

“Le système politique algérien est aussi sous l’influence de l’armée et des services de sécurité dont il est difficile de définir le poids dans les équilibres actuels et futurs”, relève un rapport d’information destiné aux parlementaires européens.

à quatre mois de l’élection présidentielle, même les partenaires de l’Algérie ne comprennent pas vraiment ce qui se passe chez nous. Dans une note d’information intitulée “Algérie et Union européenne. Défis avant les élections” et destinée aux députés du Parlement européen, la direction générale des politiques extérieures de cette institution parlementaire note la grande confusion et l’incertitude qui règnent en Algérie à la veille d’un scrutin déterminant. Selon ce document, la “possibilité d’un 5e mandat pour le président Bouteflika reste l’incertitude cardinale qui plane sur le pays”. Seulement, le document, qui s’appuie sur des analyses d’observateurs algériens et certainement des écrits de la presse, estime que “certains analystes pensent que la politique fiscale favorable aux ménages en 2018 et le report des mesures de consolidation budgétaire après 2020 sont des signes d’une nouvelle candidature du Président actuel, tout comme ses apparitions publiques récentes”. Cette lecture vient du fait que le chef de l’État occupe, selon le document, une place centrale dans la vie institutionnelle en Algérie. Le président Bouteflika “a toujours tenté d’incarner l’union nationale, évitant qu’une figure alternative n’apparaisse dans son entourage politique”. Puis, le rapport précise qu’après avoir été réélu à quatre reprises, Abdelaziz Bouteflika n’a pas désigné de dauphin. Pour les rédacteurs du document, le chef de l’État “se refuse à évoquer sa succession, ni à laisser émerger au sein du FLN ou de son gouvernement une figure qui pourrait lui faire de l’ombre”. Parmi les signes qui convergent vers la reconduction de Bouteflika, le document rédigé à l’intention des parlementaires européens rappelle les interventions publiques du chef de l’État pour, notamment, supprimer des augmentations des taxes et impôts dans la loi de finances et son “opposition” à la privatisation des entreprises publiques. Mais cela ne semble pas être acquis, selon les rédacteurs du document. Les frustrations sociales et les difficultés budgétaires que connaît l’État peuvent compromettre la réélection du chef de l’État pour un autre mandat. Il en est de même pour la santé déclinante d’Abdelaziz Bouteflika qui ne plaide pas en sa faveur. “(…) Il apparaît que la générosité préélectorale ne puisse pas satisfaire toutes les revendications sociales, et que pour cette raison, tout comme en raison de la santé fragile du Président, la période préélectorale reste incertaine”. Le document destiné aux parlementaires européens précise que le poids réel de l’armée n’est pas connu. “Le système politique algérien est aussi sous l’influence de l’armée et des services de sécurité dont il est difficile de définir le poids dans les équilibres actuels et futurs”, y lit-on. Grâce à ce rapport, les parlementaires européens apprendront que malgré des évolutions enregistrées par l’Algérie dans la concrétisation des objectifs du millénaire pour le développement, la jeunesse algérienne qui n’arrive pas à trouver sa place “dans l’espace économique et politique, reste la grande inconnue des futurs développements politiques”. Cette jeunesse, qui représente un pan entier de la société algérienne, “apparaît aujourd’hui détachée du politique et s’abstient majoritairement lors des élections”.


Ali Boukhlef
 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER